Num\Spécial! Nos tortionnaires savent qu’ils ne seront pas traduits devant la loi! (2011)

26 JUIN – LA JOURNÉE INTERNATIONALE POUR
LE SOUTIEN AUX VICTIMES DE LA TORTURE 

« Nos tortionnaires savent qu’ils ne seront pas traduits devant la loi » – le rapport de l’Association des Droits de l’Homme en Asie centrale» décrit un système de torture et d’exécutions extrajudiciaires en Ouzbékistan

Ces dernières années, l’Union européenne et les États-Unis ont considérablement affaibli les critiques des violations systématiques des droits de l’homme en l’Ouzbékistan, en particulier l’utilisation de la torture pour intimider les citoyens.

Les efforts visant à résoudre la situation en Afghanistan ont fait que les problèmes de droits de l’homme en Asie centrale sont passés en arrière plan. Justifiant leur point de vue stratégique, les ministères des Affaires étrangères de l’Union européenne et des États-Unis, ont dit les violations des droits de l’homme en Ouzbekistan sont moins importantes. Il est notamment question de l’abolition de la peine de mort. Mais ce fait ne peut être considéré isolément de la situation générale des droits de l’homme. En Ouzbékistan, le nombre de victimes d’exécutions extrajudiciaires et de tortures sophistiquées augmente, conduisant souvent à la mort.

Ce rapport est basé sur le témoignage d’un ancien employé de la morgue de l’hôpital régional d’Andijan. Il témoigne: les représentants des autorités ont commis de sang-froid des tortures et des exécutions extrajudiciaires; Le service de sécurité nationale a méthodiquement dissimulé ces crimes.

«Notre témoin a été arrêté après les événements d’Andijan, trois mois en détention dans le Service national de sécurité (NSS) et torturé puis il a été libéré sous certaines conditions – Il a reçu l’ordre de travailler à la morgue régionale d’Andijan. De Septembre 2005 à Février 2006, il a examiné 500 cadavres reçus à la morgue. Les travailleurs mortuaires étaient sous étroite surveillance par le service national de sécurité, qui a apporté la majeure partie de ces cadavres. De nombreux corps montraient des blessures par balles, et des signes de torture. Le personnel de la morgue a reçu l’ordre d’éliminer les preuves de blessures par balle et par arme blanche et de falsifier la cause de la mort. Les documents officiels de l’hôpital ont dissimulé ces informations sur les personnes. »

Un autre témoin – Khusnutdin Kutbitdinov, un journaliste indépendant qui a travaillé pour le service ouzbek de Radio «Europe libre» – Radio «Liberté», une semaine après la fusillade de masse à Andijan est allé dans cette ville. Pendant le voyage, il a réussi à parler avec plusieurs médecins de l’hôpital régional d’Andijan. D’eux, il a appris que la plupart des blessés avaient été amenés ici, sur le territoire de l’hôpital où se trouvait le siège des «siloviki». Les interrogatoires ont été menés directement dans les unités de soins intensifs et de chirurgie.

«Les témoignages du journaliste Khusnutdinov Kutbitdinova, ainsi que de trois autres collègues, ont confirmé que, même un an après,que le territoire de l’hôpital regional d’Andijan était sous contrôle des forces de sécurité. A Andijan, à proximité du parc Navoi, des dizaines de maisons sont vides. “Où sont leurs propriétaires? Pourquoi ces gens sont constamment en service en civil et pourquoi il est strictement interdit de mentionner les propriétaires disparus strictement cinq ans plus tard? Aucun des voisins pourrait expliquer.

Un militant des droits de l’homme du Kirghizistan, Nematillo Botakozuev, nous a aidés à recueillir les lettres des prisonniers, dont une est écrite dans les murs de la prison d’Andijan. Il révèle tout le régime sous-jacent avant et après la tragédie d’Andijan. Dans ce rapport, nous le publions dans son intégralité.

Les défenseurs des droits de l’homme ouzbeks qui sont sur le terrain nous ont informé au sujet du taux élevé de mortalité dans les prisons. Ils ont vu plusieurs corps de prisonniers, torturé à mort. Nous vous présentons plusieurs preuves photographiques de leurs archives. Grâce à Dilar Ishakova, le public a appris à connaître les cellules des prisonniers qui avaient perdu leur raison suite à la torture, mais aucun d’entre eux n’avait été amnistié pour cause de maladie, ils continuent d’être emprisonnés.

Les changements dans la législation nationale n’améliorent pas la situation des droits de l’homme en Ouzbékistan, car il n’y a pas de conditions pour l’enquête sur les cas de torture et de collecte de preuves. Pour enquêter sur les allégations de torture, les conclusions des médecins et les rapports médico-légaux sont nécessaires. L’article 81 du CPP de l’Ouzbékistan fournit comme preuve non seulement un aveu de culpabilité, mais aussi le témoignage des suspects, les accusés, les victimes, les témoins. Cependant, le tribunal ne les prend pas en compte.

Notre rapport est une tentative de souligner encore une fois que l’impunité génère de nouveaux crimes. De plus en plus de gens en Ouzbékistan perdent confiance dans l’état de droit et recours à la violence comme un moyen de rétablir la justice. Voici un extrait d’une lettre reçue de l’une des victimes:

« Nos tortionnaires savent qu’ils ne seront pas traduits devant la loi … »

Les violations flagrantes et généralisées des droits de l’homme dans ce pays menacent de déstabiliser la situation en Asie centrale. Elles multiplient les rangs de ceux qui ont perdu confiance dans la politique, non seulement en Ouzbékistan, mais aussi envers les partenaires sur la scène internationale. Nous croyons que les droits de la personne devraient faire partie de la formule de la sécurité régionale.

Le texte du rapport: «Nos tortionnaires savent qu’ils ne seront pas traduits devant la loi» – Rapport de l’Association «Droits de l’Homme en Asie Centrale», décrit un système de torture et d’exécutions extrajudiciaires en Ouzbékistan.

Тавсия этинг / Поделиться / Share:
  • Добавить ВКонтакте заметку об этой странице
  • Facebook
  • Twitter
  • Blogger
  • email
  • PDF
  • Print
  • RSS
  • Одноклассники
  • Add to favorites
  • В закладки Google
  • LiveJournal
  • Мой Мир

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *