Num\Spécial! L’histoire de 300 habitants d’Andijan torturés est discutable, mais dans les prisons en Ouzbékistan, la torture et l’exécution existent (2011)

26 JUIN – LA JOURNÉE INTERNATIONALE POUR
LE SOUTIEN AUX VICTIMES DE LA TORTURE 

L’association des Droits de l’Homme «Droits de l’homme en Asie centrale», enregistrée en France, a récemment publié un rapport sur «Le système de torture et les exécutions extrajudiciaires en Ouzbékistan».

Il est à peine possible d’exagérer l’importance du thème choisi: les rapports documentés d’exécutions extrajudiciaires sont pratiquement inconnues, bien que des rumeurs à ce sujet circulent dans le pays de façon permanente. Pour des raisons évidentes, nous ne pouvons pas passer à côté de l’étude de 53 pages préparée par Nadejda Atayeva et Dmitry Belomestnov.

Revenant sur les événements tragiques d’Andijan du 13 mai 2005, les auteurs du rapport rappellent qu’à ce moment-là un meurtre de masse avait été commis; le nombre exact de décès est encore inconnu. Les autorités ouzbèkes ont ignoré les appels à une enquête internationale indépendante. En même temps, ils ont largement annoncé le processus d’humanisation de la législation pénale.

Trois mois après la tragédie en Ouzbékistan, un décret présidentiel sur l’abolition de la peine de mort a été émis. Depuis le 1er Janvier 2008, et pendant plus de trois ans, il n’y a plus eu de condemnation à la peine capitale dans le pays. Dans la pratique, les autorités violent systématiquement le droit à la vie des citoyens en commettant des exécutions extrajudiciaires.

Première partie. L’histoire de l’ancien médecin de l’hôpital régional d’Andijan

La première partie du rapport de l’Association «droits de l’homme en Asie centrale», rapporte qu’il y a un an, elle a reçu un certificat de l’un des anciens employés de la morgue de l’hôpital régional d’Andijan. Il a dit que durant la période de septembre 2005 à février 2006, il avait examiné plus de 500 corps, dont au moins 300 avec des traces de blessures physiques, y compris des blessures par balles. Les corps sont entrés à la morgue accompagnés d’officiers du NSS et enregistrés dans des «cartes vertes» spéciales.

Pour la plupart, il s’agissait de corps d’hommes, mais il y avait aussi environ 20-25 corps des femmes âgées de 20 à 40 ans, dont une femme enceinte, 6 corps d’enfants âgés de 3 à 10 ans. Les documents d’identité étaient absents dans tous ces cas, par conséquent les noms des morts sont inconnus. Au lieu d’une plaque signalétique, un numéro à sept chiffres a été attaché à chaque corps. En plus du numéro d’identification, les «cartes vertes» comprenaient une opinion sur le décès et des informations sur la présence et la nature des blessures.

«Dans un premier temps, ces informations nous ont plongé dans le doute”, écrivent les auteurs du rapport – “…Mais confirmation indirecte a été reçue de la part d’autres sources. Nous sommes au courant de cas de disparitions de personnes entre 2008-2010 après qu’ils aient été détenus par les services d’application de la loi. Les proches des victimes qui sont sous la menace de la violence, ont refusé de les rechercher”.

Les chercheurs ont dit que dans les graphiques du rapport et des documents, qui ont enregistré les victimes d’exécutions extrajudiciaires, un ancien employé de la morgue de l’hôpital régional d’Andijan restauré de la mémoire. Il est un citoyen de l’Ouzbékistan, né dans la région de Fergana, a reçu une éducation médicale (pour des raisons de sécurité son nom n’est pas dévoilé). Selon lui, du 17 mai au 6 septembre 2005, il a été détenu dans le bâtiment du Service de sécurité nationale dans la ville de Kokand. De septembre 2005 à février 2006, il a été envoyé travailler à l’hôpital régional d’Andijan en tant qu’assistant dans le département de anatomo-pathologie. Deux mois plus tard, il reçut l’ordre d’exercer les fonctions de pathologiste.

Le témoin dit:

«En fait, j’étais sur la place Bobur [à Andijan] par hasard. Le 12 mai [2005] J’étais en vacances. Ce jour-là, avec anciens camarades de classe de <…> de l’institut medical, nous avons retrouvé notre ami à Andijan. 5 d’entre nous, onze amis, vivaient dans cette ville. Donc il était plus commode pour tout le monde de nous rencontrer là-bas. Nous n’avons pas dormi la nuit 12 et 13 mai. Nous avons parlé. C’était très agréable. Et nous avons tous attendu l’aube.

Sur le chemin de retour nous nous sommes arrêté à un restaurant à côté du parc Bobur. Nous avons de nouveau bu du thé, et déjà alors que nous nous aprêtions à rentrer chez l’un de nos amis, nous avons entendu des différents côtés, comment des gens se rassemblaient sur la place. Tous les résidents de la ville d’Andijan vont soutenir 23 entrepreneurs. Tous sont allés sur la place – les femmes avec enfants, les hommes âgés, les hommes. C’était très bruyant. Et puis, sur la place, nous avons entendu un homme sur haut-parleur dire: «Que le Président vienne, qu’il nous écoute, que nous vivions». Ses mots ont trouvé le soutien de la foule, et les gens ont répondu à lui, aussi, ils criaient quelque chose.

Après un moment, un véhicule militaire est arrivé, dont l’enveloppe était recouverte de bâche. Les militaires ont commencé à sauter hors de la voiture et à s’aligner devant la foule. La panique a commencé, puis l’homme à travers le microphone a commencé à calmer tout le monde et dire: l’armée est venue nous protéger, tout est en ordre. Et encore une fois il y avait un grondement de voix des gens. <…>

Et soudainement, tout à coup, tous ces soldats ont commencé à tirer dans toutes les directions, et, en un instant, la photo a changé devant moi. J’ai vu des gens mourir avec des gémissements, qui étaient encore vivants quelques minutes avant. C’est difficile à imaginer, et que Dieu vous protège de voir cela! A travers les sifflements des balles, j’ai entendu un cri déchirant de bébé, qui pleure sur la poitrine sa mère assassinée, et tout autour d’elle avait beaucoup de sang. J’ai tout vu et je suis resté là.

Et puis j’ai senti que quelqu’un m’attrapait par les épaules. Je me suis retourné et j’ai vu un camarade de classe, il a commencé à me prendre par la main en essayant de m’éloigner de cette place. Il a crié à tue-tête: « Courons, courons d’ici! ». Nous nous sommes enfuis, et autour de nous il y avait beaucoup de morts et encore plus de fuyants … Et ce gosse ne cessait de pleurer: « Maman! ».

(D’après un rapport de Human Rights Watch, à environ 10 heures la foule, dont la plupart à l’époque étaient des gens non armés ont été abattus: selon une source, de l’APC, de ses trappes latérales, l’autre – même avec les véhicules militaires en passant par la région, avec le résultat que 10-12 personnes ont été tuées, mais il y avait un incendie majeur dans la soirée -. environ 17.20 militaire a ouvert le feu avec un camion, qui se déplaçant le long de la route passant par la région, pendant une minute ou deux pour arrêter et a tiré sur la foule pour le temps .. pourrait seulement être le premier pilonnage, Cependant, le narrateur lui fournit les caractéristiques évidentes du second .– Ed.)<…>

Directement de la place, nous avons couru à travers des ruelles étroites et nous nous sommes retrouvés sur une route à sens unique. Là, nous avons pu attraper une voiture qui passe, et j’ai fini par arriver à la ville de Kokand. A la maison, tout était calme, personne ne savait rien. Je n’ai pas eu peur de parler de ce que j’avais vu qu’avec ma mère. Nous étions tous deux silencieux. <…>

Pendant l’interrogatoire, j’ai dû nommer les noms de tous les camarades de classe que j’ai rencontrés à Andijan du 12 au 13 mai et dire aux enquêteurs tout ce que j’ai vu ce jour-là. Peut-être qu’avec tous mes camarades de classe, la même chose s’est produite, je ne sais pas. Depuis lors, je n’en ai vu aucun et n’ai essayé de contacter personne. « 

«Tôt le matin du 16 mai 2005, je fus réveillé par le cri sauvage d’une mère. Je suis sorti de la chambre et j’ai vu un homme étrange, qui tenait la main de ma mère derrière son dos, le pressant contre le mur.

Je me suis immédiatement levé pour ma mère, j’ai essayé de libérer sa main pour soulager sa souffrance. Et puis soudainement il m’a dit qu’il lâcherait ma mère, si je ne faisait rien de stupide, sinon ce serait pire. J’ai obtempéré, car il n’y avait pas d’autre choix. J’avais une vague idée quant au but de sa visite. Ma mère et moi avons demandé un homme en civil, «Pourquoi? Pourquoi?» Il a dit qu’il nous répondrais dans son bureau, mais quel genre de bureau, il n’a pas précisé. Il m’a enchaîné avec des menottes et m’a amené à sa voiture.

Derrière la porte, j’ai vu son partenaire un officier de renseignement en uniforme gris. Ensemble, nous sommes partis en voiture. On m’a emmené dans le bâtiment du Service national de sécurité de Kokand [région de Fergana]. Nous avons immédiatement été conduit au garage souterrain ou une pièce de genre. Dès que la voiture s’est arrêtée, deux agents de sécurité m’ont fait descendre les escaliers, puis vers le bas à gauche nous avons marché à travers un long couloir. L’un des me escortant a ouvert la dernière porte sur le côté gauche du couloir, et il est entré, tandis que l’autre est resté avec moi. La porte était légèrement entrouverte, et j’entendu: «Nous avons ramené un autre singe»

«…On m’a amené dans une petite pièce où il y a une table et une chaise en fer avec un dispositif pour les jambs attachés aux pied savant de la chaise. Lorsque vous êtes assis sur cette chaise, les jambes se soulèvent de 30 degrés, comme dans un fauteuil gynécologique. Le dos à ce moment-là repose sur rle dossier en fer, ce qui provoque une compression des vertèbres cervicales.

Le bureau était un peu étouffant, plein de fumée et puant. Sur la table se trouvaient une pile de papiers et une grande lampe de bureau. J’ai été relâché par ces lâches, installé sur une chaise et enlevé de mes menottes. Deux officiers de sécurité ont immédiatement commencé à me lier les mains et mes pieds et à les attacher à la chaise avec un fil qui aurait traversé la peau comme une lame si je commençais à bouger la main. Puis ils ont allumé une lampe et ont dirigé la lumière sur moi.

Je ne pouvais pas voir l’homme assis à la table, à cause de la fumée et de la lumière de la lampe. J’avais peur. Dans la panique, j’ai commencé à poser des questions: «Que faites-vous? Pourquoi faites-vous cela?». En réponse, je suis fait frapper à la tête, et je sentais la douleur, et j’ai entendu que je ne devais pas poser de questions.

Au début de la conversation, l’enquêteur m’a averti que si je veux sortir d’ici sur mes jambes,  je dois dire la vérité. Il m’a dit: «Nous savons ce que vous faites là-bas, nous avons une vidéo.» Et puis j’ai réalisé qu’ils s’intéressaient à Andijan. Quand j’étais sur la place Bobur, j’ai aperçu là bas un homme avec une caméra vidéo, donc j’ai bien cru qu’ils avaient des images. Ils ont commencé à me poser des questions: Pourquoi? quand? Pourquoi? avec qui? comment? qui? Date? le temps? Les questions ont été répétées encore et encore.

Je lui ai dit ce que je savais, et que j’avais vu le 13 mai 2005 sur la place Bobur. Après chaque réponse, j’étais battu avec une matraque en caoutchouc sur l’aine ou l’estomac. Cela a duré très longtemps. Ceux qui m’ont interrogé étaient nombreux, à tour de rôle. Et tous ont posé les mêmes questions. Je n’étais pas autorisé à dormir. Mes yeux se refermaient de fatigue. Ils ont été remplacés, quand la garde fut remplacé, et je suis resté dans cette situation et je ne voyais pas la fin de ses souffrances».

«…ils ont enlevé mes chaussures et mes chaussettes. La panique me gagnait de plus en plus. J’ai vu dans un coin qu’il y avait un sceau contenant des branches (bouleau). De ces branches se dégageait une odeur d’eau de Javel.

Elles sont trempées dans l’eau de Javel afin qu’elles ne se cassent pas rapidement. Ils voulaient que j’ »avoue » que j’étais un participant aux événements de la place Bobur à Andijan. Ils m’ont constamment invité à signer une déclaration comme quoi j’avais participé au rassemblement et à cet effet était spécialement venu à Andijan. Je ne peux pas dire avec certitude combien de temps la torture et l’interrogatoire ont continué, mais, je pense que cela a duré très longtemps. J’ai perdu conscience pendant un moment à cause d’une douleur intense. Je me suis réveillé quand j’ai été arrosé d’eau froide. »

«A l’entrée de la petite cellule, il y avait T-shirt déchiré et un short. J’étais totalement nu. On m’a mis dans une chambre froide d’environ 2-2,5 m de long par 1,5-2 m de large, sans fenêtres ni éclairage. Les murs et plafond de cette cellule étaient en béton. Il y avait un lit en fer. Je ne me rappelle plus combien de temps je suis restais étendu sur le sol froid, pieds nus, déshabillé et épuisé. Puis ils sont venus me rechercher pour interrogatoire.

Quand j’ai été renvoyé de l’interrogatoire, à l’entrée de la cellule, j’ai été directement menacé de représailles si je ne signais pas leurs papiers. Je n’ai même pas essayé de résister, parce que je n’en avais pas la force. Ils l’ont vu et ont continué à me poursuivre autour de la cellule comme un animal. Et pendant tout ce temps, mes mains ont été menottées derrière mon dos. Vous savez, la peur de la mort donne de la force physique. « [Le témoin pleure]

Après une brève pause, le témoin poursuit: « Celui qui a connu de telles tortures cesse de croire aux gens et ne se considère plus comme une personne vivante. Après cela, vous devenez certainement différent! » [Le témoin pleure.] « Tous ces abus ont été répétées tous les jours, parfois deux fois par jour. A chaque fois que la porte s’ouvrait, on commençait à me batter – Je disais déja adieu à la vie – je n’avais plus la force d’endurer tout cela .. Vivre me demandais d’être de plus en plus fort. » [Le témoin crie.] « On m’a parfois donné de la nourriture, que même on ne donnerait pas à des animaux. »

«Une fois la porte de la cellule s’ouvra, et un homme entra. Il m’a dit de me rhabiller. Je ne pouvais pas me lever. Je n’avais plus de force. Il m’a crié dessus et m’a insulté, mais je ne pouvais pas me lever, même sous la menace de la mort. Je n’avais plus de force physique. En me voyant dans cet état, il s’est approché de moi et m’a aidé à me relever. J’ai remis mes sous-vêtements, et il m’a poussé hors de la cellule. Chaque fois que je tombais, il me ramassait. Il me frappait à l’arrière de la tête (ou dans le dos) ou frappait ma poitrine avec son poing…

Tout le chemin, il m’a tenu par la serrure des menottes, entre les deux mains. Quand je suis tombé, il m’a relevé avec sa main gauche jusqu’à ce qu’il soit à l’aise avec lui. Il m’a battu dans le ventre. Nous sommes donc allés dans la cour et nous nous sommes arrêtés à la voiture. Comme il est apparu plus tard, c’était la voiture avec laquelle mon frère était venu (le témoin a été libéré après que ses parents aient transféré de l’argent aux fonctionnaires du Service de sécurité nationale. – Les auteurs du rapport). On m’a enlevé les menottes. Et je ne me souviens plus de rien.

Je suis revenu à moi dans mon lit [6 septembre 2005]. A côté de moi était assise ma mère et mon docteur. Nous lui faisons confiance, parce que nous vivons dans le quartier depuis longtemps. Il s’avère que mon frère m’a ramené à la maison dans la nuit du 3 au 4 septembre. Et seulement alors j’ai réalisé que cet enfer a duré presque trois mois et demi. J’ai essayé de me lever et je ne pouvais pas, parce que je ressentais de la douleur partout dans le corps, mais surtout dans la région des reins et du bassin. A cause de l’hypothermie, j’ai une maladie rénale, dont je souffre encore. Et presque deux semaines après que je sois revenu à la raison, je me reposais sous la supervision de notre médecin de confiance.

Dans cet état, j’ai trouvé l’officier du SNB qui est venu me dire que je devrais me render dans leurs locaux le 23 Septembre 2005. L’officier du SNB n’a accepté aucune réserve concernant mon état de santé. Il a dit brutalement: « C’est un ordre! » et est parti.

Avant mon arrestation, je pesais 92 kg, et après trois mois de détention et de torture de mon poids était de 48 kg. Et je n’avais jamais été malade avant cela. » [Le témoin pleure]

«Le 23 Septembre 2005, ils m’ont retrouvé à l’extérieur du Conseil national de sécurité. Ils m’ont amené dans leur bureau, où je m’étais retrouvé la première fois. A la table se tenait l’ enquêteur Olim, son nom, je l’ai entendu de son collègue, quand il lui a parléIl a immédiatement a commencé à me accuser de trahison et de diffamation, déclarant que je diffusais de fausses informations sur les événements d’Andijan. Je suis resté là et ne dit rien, car je savais déjà exactement que chacune de mes explications se retourneraient contre moi.

Après un moment, il se calma et me donna un document soit disant que je devais signer. Il ajouta qu’ils s’occuperaient eux-mêmes du reste des documents. Ce document s’intitulait «Direction d’effectuer un travail bénévole dans la ville d’Andijan à l’hôpital régional dans le numéro de département 12 (la morgue).»

L’enquêteur Olim me dit: «En signant ce document, vous devenez un employé de l’Hôpital régional d’Andijan, département 12 (morgue), et officier indépendant du Service national de sécurité.» Il m’a expliqué que je devais examiner les corps des morts et décrire la cause de leur mort. Je devais garder cette information confidentielle.

Olim m’a dit sans équivoque que si je ne coopérerai pas il m’arrêterait de nouveau. Et j’ai donc sous la contrainte «volontairement» signé l’accord de travailler pour le Conseil national de sécurité à la morgue d’Andijan. Voilà comment j’ai accepté leurs conditions [SNB]. « 

«En Février 2006, mon “voyage d’affaires officiel” à la morgue d’Andijan a pris fin (le témoin travaillait à la morgue d’Andijan depuis le 23 Septembre 2005 -. Note des auteurs du rapport.) Je suis retourné à mon ancien travail [à l’hôpital de la ville Kokand]. Je vivais dans un état de peur, parce que je savais qu’à tout moment je pouvais être envoyé à d’autres similaires «voyage d’affaires » ou être tué, je ne pouvais que me taire. Chaque mois, je visitais un officier de la SNB pour qu’il atteste de ma presence sur place. Il me demandais comment j’aillais, si je travaillais, etc. En même temps, ils me faisait savoir que je dépendais d’eux et que j’étais obligé de suivre leurs instructions.

Par conséquent, je cherchais constamment une opportunité de quitter le pays. La difficulté de mon départ était que je ne l’ai pas le seau du OVIR qui donne la permission de quitter le territoire [délivré par le ministère territorial des Affaires intérieures de l’Ouzbékistan]. Engros, j’ai réussi à « acheter » cette permission. Puis il m’a été possible d’obtenir un visa depuis un pays voisin [Le témoin a pu obtenir un visa dans l’un des pays d’Europe de l’Est]. Je me suis envolé pour l’Europe via Moscou. Le lendemain, dans un nouveau pays, je l’ai trouvé un avocat, et il m’a conseillé de demander l’asile politique ».

Le mode de travail du témoin de la morgue est le suivant:

«Je travaillais sur un emploi du temps roulant à partir de Septembre 2005 jusqu’à la fin de Février 2006. En une semaine, j’avais cinq ou six jours de travail de 8 heures. Les temps de travail étaient de 08h00 à 16h00, 16h00 à 24h00 .., 00 heures 00-08h00 2 à 3 personnes travaillaient dans chaque équipe:

Le Responsible d’équipe. Il n’a pas participé à l’autopsie des corps. Il a diagnostiqué, signé la « carte verte » et mis un sceau. À la morgue, il y avait deux superviseurs d’équipe.

Pathologiste. Il y en avait trois dans le département.

Assistants. Il y avait 5 personnes. Les assistants ont participé à l’examen des corps. Un ou deux, selon la quantité de travail pendant la tournée d’une équipe. Les assistants étaient enregistrés dans le service de chirurgie intensive ou de soins intensifs, ils étaient alors transférés temporairement à la morgue.

À l’époque, 16 à 18 personnes travaillaient à la morgue, cinq d’entre elles étaient des femmes, les autres étaient des hommes. Les employés avaient de 25 à 45 ans. Tous ont eu une éducation médicale. »

« A la morgue d’Andijan, les corps ont été enregistrés, comme ailleurs, dans les catégories suivantes:

– Les personnes décédées d’une maladie ou d’un accident. Si cette personne est morte dans un hôpital, par exemple, en soins intensifs, il se retrouvait à la morgue avec une conclusion sur les causes du décès. Tous ces défunts avaient des parents, et leurs proches les reprennaient exactement.

Cette catégorie de personnes est enregistrée sur un papier à en-tête blanc, qui est appelé parmi les employés la « carte blanche ». Pendant mon séjour dans cette morgue, je n’ai dû examiner que deux corps de personnes décédées et inscrites sur la «carte blanche».

– les personnes dont l’identité n’est pas établies.

Ils sont stockés pendant 40 jours dans un réfrigérateur; ils sont enterrés aux frais de l’état, si pendant ce temps les parents ne seront pas trouvés. Durant cette période, à travers les médias, les organismes d’application de la loi donnent une annonce sur la locationsation de ces cadavres et une description de leurs signes distinctifs. Cette catégorie de corps est enregistrée sur un papier à en-tête rouge, le soi-disant carton rouge. Ces corps sont stockés dans un congélateur séparé.

– d’autres catégories de personnes ont été enregistrées sur la « carte verte » – c’est un formulaire de couleur verte.

Je voyais ce formulaire pour la première fois dans cette morgue. Sur ce document, les corps sont enregistrés non pas par nom, mais par un numéro à sept chiffres qui coïncide avec le numéro sur l’étiquette attachée au gros orteil de la jambe gauche, et sur la «carte verte». Le numéro est approximativement le suivant: n ° 0112184, et commence toujours par « zéro ». Le numéro indiqué sur l’étiquette est le même que le numéro de la carte verte. Ces corps sont entrés dans la morgue d’Andijan avec une ambulance ou sur une civière, où le corps est recouvert d’un tissu blanc. Ils étaient examinés en premier lieu et constituaient la majeure partie des corps entrant dans la morgue de l’hôpital régional d’Andijan. Le formulaire vert est utilisé exclusivement sur les corps que les agents de la SNB apportaient.

« Chaque fois que les corps ont été emmenés à la morgue par une voiture de marque RAF avec des vitres peintes en blanc, » 03 « , » Urgences Secours « sur les côtés, la voiture ne différait pas de l’ambulance habituelle, mais les conducteurs se comportaient en tant que personnes du système militaire et communiquaient exclusivement avec le personnel du SNB. La « carte verte » remplie après avoir décrit l’examen du corps était placée sur une étagère près du mur, à côté de la porte du bureau du personnel du SNB.

Les corps identifiés sur la «carte verte» étaient étroitement contrôlés par les officiers du SNB qui étaient dans un bureau séparé à la morgue. Ils ont été amenés à la morgue et placés dans le couloir. Dans le même temps, ils étaient pré-examinées par des hommes en uniforme afin de savoir comment ils étaient morts – coup de fusil, couteau ou autre. Ensuite, le corps entrait dans la salle de réfrigération. Les officiers du Service de la sécurité nationale ont surveillé les travailleurs de la morgue et n’ont pas permis à des étrangers d’entrer sur son territoire. »

«Même dans les toilettes, tout le monde était accompagné par un membre du service de sécurité nationale. Un tel contrôle strict et une supervision constante ne me permettaient pas de faire une photocopie de document, une photographie du corps ou des objets. Les corps étaient presque toujours chauds, 1-3 heures après le début de la mort. Ils n’avaient aucun signe de rigidité cadavérique. La description des corps a pris beaucoup de temps, donc pas plus de 4 cadavres ne pouvaient être inspectés durant un service.

Les corps notés sur la « carte verte » ont été retires de la morgue rapidement, quelques heures après l’inspection, un maximum de trois jours plus tard. Contrairement à d’autres corps entrant dans l’autopsie, ils n’étaient pas enregistrés dans les livres de la morgue. Les documents sur l’autopsie de chaque corps, qui figuraient sur la « carte verte », ont été réalisés en deux exemplaires. L’un d’entre eux a été envoyé au SNB en tant que certificat médical, très probablement pour que des membres de sa famille prennent un certificat de décès et une autorisation d’enterrement. Le deuxième exemplaire est conservé au personnel du Conseil national de sécurité, qui a pris ses fonctions à la morgue, et a été enregistré dans un livre, auquel seul ce personnel avait accès».

«Pour les corps inscrits dans la «carte verte», souvent personne ne venait, et s’il arrivait qu’un parent vienne – ce qui était extrêmement rare – le certificat de décès, un officier du Conseil national de sécurité délivrait un certificate de décès. L’offocoer délivrait le certificat de décès, le permis d’inhumer,  l’officier du [BNS] appelait le bureau d’enregistrement, qui enregistrait la date et à l’heure de la réunion dans le bureau, délivrait un certificat de cause de décès. Nous, les travailleurs de la morgue, étions rarement en mesure de voir ces parents. En général, nous étions occupés ou ils nous disaient de ne pas sortir avant de prendre corps.

Le chef du service était toujours d’accord sur les raisons du décès avec le personnel du CNB. Dans le certificat de décès d’une personne décédée d’une blessure par balle dans le cœur, la cause du décès était une maladie cardiaque. Le chef du service était nerveux d’une façon ou d’une autre et m’en a parlé.

Les corps, sur lesquels des traces de coups étaient visibles, n’ont pas été libérés immédiatement. Ils ont été mis dans un couloir après l’inspection, où les climatiseurs étaient éteints. Alors apparurent des taches de cadavres, et le processus de décomposition du corps s’accélérait. Il était nécessaire d’enterrer ces corps rapidement. On a l’impression que le personnel a créé les conditions de la décomposition rapide des corps et les faisait partir dès qu’il devenait urgent de les enterrer».

«Dans une morgue typique il n’y a pas de bureau du SNB et les agents de sécurité n’interfèrent pas dans le processus d’inspection des corps. Tous les corps ont des données personnelles, et aucune donnée est tenue secrète. Il n’y a pas de «carte verte». Les membres du personnel parle tranquillement entre eux. Dans la morgue d’Andijan il régnait constamment un climat de peur, et tout le monde craignait de poser des questions l’un à l’autre. Quand nous nous parlions, nous faisions en sorte de nous poser des questions à l’autre pour que le SNB entende que nous communiquions exclusivement pour le travail. Nous sortions fumer un par un. Je ne sais pas si un tel régime est toujours en place, mais pendant mon travail c’était juste comme cela”.

Selon le narrateur, les tâches du personnel de la morgue d’Andijan incluaient l’autopsie des corps, c’est-à-dire l’incision des tissus mous, l’enlèvement des balles et la suture dans la zone des blessures par couteau ou par balle. La cause du décès a été établie par le chef du département pathoanatomique (morgue) de l’hôpital régional d’Andijan. Les balles ont été confisquées en présence d’un officier du SNB et ont été rendues à lui contre récépissé. Puis il repartait, et l’examen du corps a commençait.

Dans certains cas, l’officier de la SNB contrôlait entièrement le travail de l’anatomiste et de l’assistant. Le témoin aux fins d’enquête a ouvert les corps dans le secteur des blessures par couteau ou par balle. Pour dissimuler ses signes extérieurs, cet endroit a ensuite été incisé plus que la plaie elle-même et cousu de manière à créer l’apparence d’une coupe de tissu selon les indications médicales. Une incision élargie et cousue, si nécessaire, pourrait être représentée à la suite d’une autopsie. Cela cacherait les vraies causes de la mort.

La technique consistant à examiner les corps avec des blessures par balle et par arme à feu, sur la «carte verte», différait du fait généralement admis que l’estomac était d’abord examiné, et non la tête. La méthode d’examen des hommes et des femmes était différente. L’ordre d’inspection des hommes était le suivant: estomac, poitrine (poumons), coeur, intestins, reins, foie, organes génitaux. Les femmes ont été examinées comme suit: l’estomac, les seins (examen externe et interne), le cœur, les intestins, le foie, les reins, l’utérus et les organes génitaux.

Estomac. Pour l’analyse, les restes de nourriture ont été pris, mais plus souvent il était nécessaire d’examiner ceux qui n’avaient pas mangé 18 heures avant la mort, alors on prenait le suc gastrique pour analyse. Ce signe a également indiqué que ces corps entrants étaient peu susceptibles d’être à la maison. Leur corps était nettement appauvri.

Le foie. Un scalpel de la surface du foie, recouvert d’un film mince, a été gratté pour analyser la microflore.

Intestin. Des changements dans l’intestin ont été décrits. Souvent, il y avait des dommages à la transition entre le petit et le gros intestin et des dommages au rectum à la jonction avec le gros intestin. À mon avis, cela s’est passé après qu’une personne ait versé du liquide chaud (au-dessus de + 41 ° C), éventuellement avec un mélange de glycérine, sous la haute pression pendant sa vie. Cela a conduit à une rupture de l’intestin. En conséquence, la péritonite a commencé, et une personne pourrait vivre un maximum de 4-5 jours.

Dans ce cas, dans l’intestin, les processus de désintégration s’intensifient, tous les déchets d’activité vitale et les gaz y sont recueillis. Il était particulièrement difficile d’ouvrir de tels organismes.

Le personnel de la CNB ne nous a pas permis de faire une description de l’anus en cas de blessures typiques de la violence sexuelle. Ils ont cyniquement dit au pathologiste à l’arrière: « Ce n’est pas intéressant pour nous! »

Selon les témoins, 25 à 30 pour cent de tous les corps examinés avaient une ouverture anale, environ 15 pour cent d’entre eux sont morts de blessures par balle.

« En même temps, le personnel de la CNB était intéressé par des changements pathologiques dans les intestins, mais ils n’ont pas permis que cette information soit incluse dans la carte verte. » Nous leur avons dit verbalement. « Ils n’ont rien écrit, mais seulement écouté. »

Vessie et rein. Les reins ont été inspectés pour les dommages. La vessie a été ouverte, l’urine a été retirée et transférée au laboratoire pour analyse.

Organes génitaux. Il y avait toujours une étude externe et interne des organes sexuels des femmes. Les organes sexuels internes ont été examinés pour la grossesse.

Pendant la grossesse pendant plus de six mois, l’embryon a été examiné séparément. Après l’étude, seul l’estomac a été piqué. A l’intérieur les organes génitaux ne sont pas cousus. Cette exigence de la morgue d’Andijan a violé la pratique généralement acceptée. »

Selon l’interviewé, après l’autopsie, le corps a été placé dans le réfrigérateur. Pour les cadavres avec des coups de feu et des coups de couteau il y avait à la morgue un réfrigérateur séparé. S’il n’y avait pas de place pour le corps dans le réfrigérateur, celui-ci était laissé dans le couloir pendant deux ou trois jours. Les corps avaient l’air différents.

Ils ont agi:

– complètement sans vêtements;

– en vieux vêtements civils;

– dans des vêtements noirs.

«Les corps étaient sales, la saleté était visible sur le dos, dans le bassin et la taille, la partie supérieure de la jambe, des coudes aux épaules.» L’odeur provenant des corps témoignait que les gens vivaient longtemps dans des conditions insalubres. Je n’exclus pas le fait que la plupart des corps venaient des lieux de détention, mais il pouvait aussi y avoir des sans-abri. »

«Il y avait un cabinet à la morgue près de la porte d’entrée, où il y avait toujours des agents du service de sécurité nationale, généralement une personne en service et deux ou trois en vacances, leurs noms n’étaient pas connus. Nous les appelions « gars en bonne santé », « corbeau ».

Quand nous avions besoin de leur dire quelque chose, nous essayions d’attirer leur attention par notre présence et nous les informions rapidement du sujet de notre question. Nous avions peur de communiquer étroitement avec eux. Ces employés étaient changés environ toutes les six heures. Les agents du Service de sécurité nationale surveillaient les employés de la morgue et n’autorisaient pas les étrangers à entrer dans la morgue. Même dans les toilettes, tout le monde était accompagné d’un membre du service de sécurité nationale. Les toilettes étaient à 100 mètres de la morgue. »

«Pendant mon temps à la morgue d’Andijan, j’ai vu environ 500 corps, dont environ 300 portaient des blessures par balle, coup de couteau, plaies de bout en bout, ceux qui mouraient de  torture. Concernant les cadavres présentant des blessures par balles, la plupart étaient des corps d’hommes âgés de 16 à 55 ans, peut-être 20-25 corps des femmes âgées de 20 à 40 ans. Je me souviens que j’ai examiné le corps de 6 enfants avec des blessures par balle, ils avaient de 3 à 10 ans».

«Je vais énumérer les cas don’t je me souviens le plus. Ce sont surtout les enfants. Il y avait un garçon de 10 ans, qui avait une blessure par balle dans la gorge et une blessure par balle dans l’abdomen. Son corps a montré des traces de coups infligés pendant sa vie.

J’ai enlevé la balle du crâne d’un enfant de six ans, son corps portait aussi des marques de coups infligés pendant sa vie; ce n’était pas des coups mortels. Les corps de ces enfants présentaient des signes de déshydratation et d’épuisement. »

«Un jour, un corps de femme avec une période de gestation de 20 semaines a été amené. Je me souviens bien de ce corps, parce qu’elle a été violée avant la mort, il y avait une nouvelle blessure au sein gauche – le mamelon a été coupé. La femme a reçu une brûlure chimique interne des organes génitaux, des blessures au couteau, et elle est morte d’une blessure par balle. Je lui ai pris une balle dans le sein droit. »

J’ai dû ouvrir cinq ou six corps d’hommes sans signes extérieurs de meurtre. Mais à l’autopsie, il a été découvert que leurs reins avaient été gravement endommagés, et les poumons étaient remplis de sang et du mucus. En ouvrant de tels corps, il était impossible de trouver le foie ou d’autres organes vitaux, les intérieurs avaient été transformés en une purée. Ces personnes avaient des organes internes tellement sectionnés que leur viabilité n’était que de 20%, ce qui est incompatible avec la vie. [Une personne peut survivre si elle a un minimum de 40% d’organes vitaux]. Ces corps présentaient des signes caractéristiques: des taches roses sur la peau et un ventre mou. Les corps avec de tels dommages internes se décomposant très rapidement, nous les avons donc ouverts en premier. <…>

Ces corps n’avaient pas de blessures par balle ou par arme blanche, mais les dommages à leurs organes internes étaient incompatibles avec la vie. Je suppose que les prisonniers qui sont morts de la rupture des organes internes ont été battus avec des objets lourds enveloppés dans un tissu doux. Dans les accidents de la route, le tableau clinique est différent. »

«Il y avait d’autres corps qui, je pense, appartenaient aussi aux prisonniers, parce que le corps avait des cicatrices visibles de coupes guéries. Ils diffèrent de l’habituel – ils étaient torturés, épuisés, battus, plaies au couteau, par blessures, dans certains cas, des parties du corps étaient coupées, des ongles manquaient ou sous les ongles il y avait des marques d’objets de piquage, des traces souvent sanglantes atteignaient la base de l’ongle.

Sur les pieds, il y avait des traces d’épines et toutes sortes de coupures. Dans deux corps, les paumes ont été retirées pendant la vie, et il y avait beaucoup de perte de sang. Dans plusieurs cas, ces corps avaient été torturés – sur les jambes, le bas des mollets, les pieds, les mains – il y avait de profondes blessures faites par un objet très pointu, probablement un scalpel. Les blessures ont été très grossièrement cousues pendant la vie. Mais ces personnes ont été tuées par des blessures par balles.

Beaucoup de corps qui sont entrés dans la morgue sur la « carte verte » avaient les bras et les jambes brisés.

Je me souviens bien de deux corps masculins. Dans ces deux morts, les poumons ont été ratatinés – cela arrive quand ils sont dans un environnement pendant de longues périodes, où il y a des poisons chimiques. Je suppose que c’étaient d’anciens prisonniers qui étaient forcés de travailler dans une production nuisible sans uniforme ni masque à gaz. »

«Durant mon service il y a eu un cas où le corps d’un homme, épuisé et défiguré de son vivant, a été amené. Quand mon assistant et moi l’avons ouvert, il a commencé à respirer, il a eu un pouls et il a ouvert les yeux. Dans ma pratique, c’était le premier cas de ce genre: avec l’assistant, nous avons immédiatement couru à la tête de la morgue, et l’officier du service de sécurité nationale est immédiatement apparu.

Quand il a appris ce qui était arrivé, il a fermé les trois d’entre nous dans la salle et à gauche. Quelques minutes plus tard, il est revenu et nous a ordonné de travailler. Quand nous sommes arrivés à la salle d’opération, nous avons vu sur le corps humain de nouvelles blessures qui l’ont conduit à la mort. Après le changement, l’officier de la SNB nous a appelé à son bureau et nous a dit de garder le silence sur tout ce qui s’est passé. »

Sur la vérité de l’histoire ci-dessus

Nous avons complètement reproduit toute l’histoire, depuis l’accusation des autorités ouzbèkes dans le meurtre secret d’au moins 300 personnes (et l’histoire, sans aucun doute, est une accusation) – la chose est trop sérieuse pour la manquer. Et dans le cas d’une confirmation même indirecte des faits cités, ils devraient être criés dans le monde entier.

Cependant, en examinant de plus près cette histoire, à l’extérieur, divers types d’incohérences commencèrent immédiatement à se répandre vers l’extérieur, détruisant, sans laisser de trace, une image harmonieuse, à première vue. Comme mentionné ci-dessus, même la première partie de l’histoire, quand la personne interrogée décrit les événements sur Bobur Square, soulève des doutes quant à sa présence dans cet endroit: elle est trop pittoresque. Il continue, en fait, dans le même esprit.

Son histoire sur la façon dont il est assis nu dans le bâtiment du SNB pendant trois mois, puis a été libéré pour «récompense monétaire», remis par ses proches par le personnel de la SNB, n’inspire pas confiance. Quiconque connaît au moins les ordres existants sait que s’il a siégé pendant trois mois et demi, il ne pouvait pas simplement être libéré pour rien.

Après 72 heures de détention, une personne est soit libérée, soit le bureau du procureur délivre une sanction pour son arrestation et une procédure pénale est engagée contre lui. Il est inculpé et, à la fin de l’enquête préliminaire, un acte d’accusation est émis avec la signature du procureur et les articles incriminés. La détention préventive ne peut excéder trois mois, seul le procureur régional, le procureur général adjoint ou le procureur général peut prolonger ce délai.

Mais dans l’histoire racontée à ce sujet, rien n’est dit. L’interviewé ne mentionne rien pour quelles raisons son affaire a été suspendue et n’a pas été portée devant le tribunal, ou, si le procès était toujours tenu, alors comment cela s’est-il terminé. Peu importe ce que les enquêteurs ouzbeks sont, ils établissent les documents conformément aux règles établies. C’est juste qu’ils ne l’ont pas laissé partir, et l’explication du narrateur que ses proches l’ont racheté pour le sortir de la BNS n’est pas trop crédible.

Pour vérifier la «santé» de son histoire, nous avons demandé l’aide d’un ancien employé de l’hôpital régional d’Andijan (maintenant la branche d’Andijan du Centre scientifique républicain pour l’aide médicale d’urgence), et lui avons demandé de commenter cette histoire. Nous ne révélerons pas son nom à sa demande également. Ainsi, les remarques du médecin:

«Voilà ce que dit notre cher médecin dans son interview est absurd: il y a plusieurs morgues à Andizhan, où les cadavres sont stockés y compris le bureau médico-légal régional, où les cadavres pour les sanctions sont étudiés, c’est-à-dire, pour les crime: ceux qui meurent de meurtres, blessures par balle, noyade, brûlures, accidents, etc., et le bureau régional d’anatomie pathologique des maladies graves. il y a des morgues dans le département de l’anatomie pathologique dans la clinique de l’institut médical. à propos de patanatomii ACTH Bureau à la 12 e succursale.

Cette personne ne pouvait en aucun cas ouvrir les cadavres décrits dans l’hôpital régional, car pour les raisons indiquées, ils ont tous été ouverts au bureau d’examen médico-légal. Ce n’est pas un hôpital, mais une institution distincte. Les départements pathoanatomiques peuvent être dans chaque institution médicale.

Dans les deux bureaux, les formulaires ne sont pas divisés en blanc, vert et rouge. La documentation est la même. La seule différence est que l’examen médico-légal prépare la conclusion au bureau du procureur, et dans la pathologie, il est enregistré dans les antécédents médicaux. Chaque bureau a émis le même certificat de décès, qui est envoyé au bureau d’enregistrement, et là, sur cette base, un certificat de décès est remis au parent, en retour le passeport et le métrique sont repris.

Avant les événements d’Andijan, 80 à 120 décès ont été enregistrés dans le bureau régional d’anatomo-pathologie. C’est par zone. Parce qu’à Andijan, le taux de mortalité dans presque toutes les régions est supervisé par le bureau régional d’anatomo-pathologie. Bien sûr, il y a beaucoup de décès pour des motifs criminels et qui ont péri dans un accident, mais ils ne sont pas comptés dans le rapport d’anatomie pathologique, il est indiqué dans le domaine général des statistiques de mortalité. Et puis tous les cadavres ne sont pas ouverts: les parents ne le veulent pas, et les emmènent de l’hôpital. Ce n’est pas un examen médico-légal, donc une autopsie est effectuée sans autorisation.

Pendant les événements d’Andijan, les autopsies étaient d’autant plus menées en médecine légale. Et à l’hôpital régional, ils peuvent simplement garder le corps jusqu’au matin si la personne meurt la nuit. Et maintenant il y a un problème avec les réfrigérateurs, de sorte que le corps n’est pas stocké pendant longtemps. Vous pouvez trouver sur Internet dans les ordres du ministère de la Santé un formulaire, qui est délivré après l’autopsie. Il n’y a pas de marques et de formes du genre qu’il a mentionné. Le reste je ne peux pas juger, mais le fait qu’il ment, je peux le dire à coup sûr. »

Voici le commentaire du pathologiste:

«Cette personne ne connaît pas les règles d’autopsie. Tout d’abord, l’anus ne sera pas ouvert et inspecté à l’extérieur. En second lieu, il est faux de décrire le processus d’ouverture, on voit tout de suite qu’il n’a pas été engagé.

Il existe une méthode d’Abrikosov et la méthode de Shore, s’il avait l’expérience d’ouvrir les corps, il aurait décrit la procédure d’ouverture avec au moins une de ces méthodes. Tant dans le département pathologique normal et dans le département médico-légal, les corps des victimes sont ouverts selon cette méthode, seulement dans l’examen médico-légal c’est un peu plus compliqué, beaucoup dépend de la nature des blessures. »

En plus de ce qui précède, nous avons demandé à l’ancien médecin de l’hôpital régional d’Andijan de savoir par des collègues si une certaine morgue de Kokand travaillait à la morgue locale de septembre 2005 à février 2006. Et voici la réponse:, aucun Kokandi n’a travaillé là-bas. »

Il est difficile d’imaginer qu’à Andijan, une ville de 370 000 habitants, c’est presque tous les jours que des personnes ont été secrètement torturées et exécutées, si bien qu’en cinq mois, elles sont mortes à peu près autant que lors des tragiques événements du mois de mai. et personne n’a même pas entendu (le narrateur prétend que les corps étaient encore chauds – c’est-à-dire, d’Andijan lui-même). Il convient de noter que les prisonniers de la prison d’Andijan eux-mêmes après mai 2005 signalent des passages à tabac brutaux, mais toujours pas des meurtres et pas des exécutions.

C’est triste, mais il semble que les militants des droits de l’homme ont pris la parole d’un homme qui a inventé une histoire étrange. Dans tous les cas, nous proposons aux auteurs du rapport et à nos lecteurs de commenter ce texte controversé …

L’agence de presse internationale « Fergana »

Тавсия этинг / Поделиться / Share:
  • Добавить ВКонтакте заметку об этой странице
  • Facebook
  • Twitter
  • Blogger
  • email
  • PDF
  • Print
  • RSS
  • Одноклассники
  • Add to favorites
  • В закладки Google
  • LiveJournal
  • Мой Мир

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *