Num\Spécial! Mutabar Tadjibayeva: «La légende» du professeur de Français du college «Avtoyul» à Kokand – «Médecin légiste» – «victime» de la tragédie d’Andijan!!!

26 JUIN – LA JOURNÉE INTERNATIONALE POUR
LE SOUTIEN AUX VICTIMES DE LA TORTURE 

Il est temps de mettre un terme à la politique de doubles standards et au traitement inhumain des réfugiés ouzbeks.

En juin 2010, lorsque 32 réfugiés religieux d’Ouzbékistan, réfugiés de l’ONU, ont été menacés d’extradition vers l’Ouzbékistan, plusieurs représentants importants de la société civile ouzbèke ont initié la création d’un «Comité sur la libération des réfugiés en attente d’extradition vers l’Ouzbékistan».

Une aide inestimable pour la protection de ces réfugiés a ensuite été fournie par des organisations en France.

Les efforts du «Comité pour la libération des réfugiés ouzbeks au Kazakhstan en attente d’extradition vers l’Ouzbékistan» ont réussi à attirer des fonds de la FIDH (Fédération internationale des droits de l’homme – Paris) pour payer les avocats de 32 réfugiés en danger de mort. Afin de protéger 29 réfugiés ouzbeks, un appel au Comité des Nations Unies contre la torture a été préparé conjointement avec l’ACAT (Organisation Chrétienne contre la Torture, France). L’ONU a rendu une décision en faveur des réfugiés.

Ainsi, la FIDH a alloué des finances pour attirer les défenseurs de la protection des réfugiés. ACAT France a lancé un appel au Comité des Nations Unies contre la torture pour protéger les 29 réfugiés ouzbeks. Cependant, malgré les exigences de l’ONU, le Kazakhstan a extradé ces réfugiés aux autorités ouzbèkes, où ils font face à la torture et la mort. Aujourd’hui, les 29 anciens réfugiés sont condamnés dans un procès inéquitable à de longues peines d’emprisonnement. Selon nos informations, un grand nombre d’entre eux ont été torturés et leurs parents sont sous la pression des autorités.

Les épouses de ces réfugiés avec de jeunes enfants, après que les hommes ont été  extradés, ont été contraintes de se rendre dans un pays tiers. Elles se sont tournées vers nous pour demander l’aide du Comité, mais nous étions impuissants – à cause de notre intégrité et  de nôtre honnêteté, notre nom a été inclus dans les listes noires non-officielles.

Nous ne savons pas quelle est la situation actuelle de ces 32 réfugiés, la situation de leurs familles, mais une chose est connue: aucune aide financière n’a été fournie pour protéger leurs enfants, leurs familles et leurs proches contre les pressions et les menaces.

A cette époque, le fond, connu pour sa lutte pour la démocratie et les Droits de l’Homme dans le monde, a tourné le dos à la protection des vrais réfugiés, étant distrait par le dossier d’aide d’autres soi-disant «réfugiés».

Le représentant du fond a déclaré qu’il ne pouvait pas verser 150 dollars pour protéger un réfugié (soit un montant de 5 000 dollars pour l’ensemble des 32 réfugiés); en même temps le fond était occupé avec un autre cas – la création d’un réfugié qui n’a jamais été victime du régime.

Umid Abdunazarov, linguiste de Kokand, s’est rendu à Paris en toute légalité, et à ce moment, son visa arrivait à expiration.

C’est de ce linguiste qu’ il a été décidé de faire un « pathologiste » – une victime de la tragédie d’Andijan.

Et le professeur de français du Collège «Avtoyul » de la ville Kokand, est devenu tout à coup un «pathologiste» – une victime du massacre d’Andijan qui a commencé à raconter partout la légende à savoir comment il avait quelques mois après les tragiques événements (plus précisément de Septembre 2005 à Février 2006) ouvert plus de 500 cadavres, victimes de la tragédie de la ville d’Andijan, et comment il avait été témoin qu’au moins 300 d’entre eux avaient été victimes de blessures par balles.

Encore mieux. Maintenant, dans l’espoir que les participants y croiront, la conférence internationale «5 ans de la tragédie d’Andijan» (Bruxelles, 4 mai 2010), composée de représentants du Parlement européen, de l’Union européenne, d’organisations internationales, de fondations internationales et de la presse, a été filmée sur la base des histoires du pathologiste.

Un philologue francophone, parlant aussi anglais, est devenu un «pathologiste», racontant sa légende sur la morgue d’Andijan, et pour convaincre le public cible de la plausibilité de cette histoire, a même été parrainé et soutenu par la fondation susmentionnée dans un rapport écrit sur cette légende.

En effet, Umid Abdunazarov, professeur de langue française au Kokand Highway Lyceum, a remporté une bourse offerte par l’ambassade de France en Ouzbékistan et s’est envolée vers Paris pour suivre des cours de perfectionnement en français. Il est parti de l’aéroport de Tachkent avec un visa français sans aucune difficulté ou de problèmes de la part des autorités.

De ce linguiste, qui ne voulait pas rentrer chez lui à la fin du cours, il a été décidé de façonner un « pathologiste ».

Fait intéressant: quand Umid Abdunazarov a remis des documents à l’OVIR ou, lorsqu’il a reçu un visa à l’ambassade de France, ce qu’il a écrit dans la colonne «dernier lieu de travail», est-ce enseignant au lycée Kokand ou pathologiste à la morgue d’Andijan?

En plus de la légende du médecin légiste (qui, en passant, est maintenant à Paris), il a été inventé plusieurs autres légendes, comme quoi on avait essayé de l’empoisonner, comme quoi la pression avait commencé à s’exercer sur les membres de sa famille, et à propos du besoin urgent de rapatrier sa famille d’Ouzbékistan. Cette fois, le plan était d’amener l’épouse du linguiste Nozima et ses deux enfants mineurs à Paris avec l’argent du fond.

Mais bientôt il y eut des querelles entre les auteurs de la légende et son personnage principal. La famille, qui a été présentée comme « mise en danger de mort », a alors réussi à sortir seulement vers le Kazakhstan, et les envoyer en France n’était plus alors une affaire pressante. Il s’est avéré que les auteurs de la légende ont complètement abandonné l’idée d’amener la famille du « pathologiste » en France. Après de longues attentes et des rêves de vie à Paris, la femme et les enfants d’Abdunazarov sont finalement retournés en Ouzbékistan.

Sur le fait que toute cette légende à propos du « pathologiste » est une pure fiction, je l’ai dit au représentant de l’organisation internationale, l’un de ces participants à la Conférence internationale « 5 ans de la tragédie d’Andijan » (4 mai 2010, Bruxelles), qui a cru à cette légende, et cette crédulité leur a coûté une somme rondelette.

J’ai aussi dit qu’il était injuste que leur fonds dépense des milliers de dollars pour une légende, et pas pour de vrais réfugiés et victimes de torture.

Certaines organisations internationales et des médias ont écrit des lettres de soutien à ce «pathologiste», leur demandant de lui accorder le statut de réfugié. Mais aucun d’entre eux a demandé si Umid Abdunazarov avait vraiment travaillé à la morgue d’Andijan, pourquoi les corps des morts lui ont été remis pour l’autopsie seulement quatre mois après les événements connus, comment expliquer le fait que l’autopsie des cadavres, selon Abdunazarov, a continué même après neuf mois.

Il y a même eu ceux qui ont cité cette légende sur le «pathologiste» comme preuve matérielle, quand à la Cour de Paris il y a eu un procès sur le cas de Lola Karimova, la fille du défunt président de l’Ouzbékistan I. Karimov.

Après tout, si un «pathologiste» en 5 mois (septembre 2005-février 2006) a ouvert plus de 500 cadavres, d’ailleurs si au moins 300 d’entre eux sont frais, cela ne provoque-t-il pas des questions? Combien de personnes sont mortes pendant et après les événements d’Andijan? Où ont été stockés pendant ces neuf mois les cadavres dont parle le «pathologiste»?

Si nous supposons qu’il a découvert des corps dans la morgue d’Andijan, combien sont morts à Andijan? Ces cadavres frais qu’il a découverts quelques mois après les événements où ils ont été tués?

Si de nouveaux corps de morts ont été livrés à la morgue d’Andijan jusqu’en février 2006, pourquoi personne ne connaît-il de massacres après le 13 mai, pourquoi rien n’est-il connu du grand public?

Et qu’en est-il de ceux qui écoutent tous ces mensonges? Ont-ils accepté de mentir contre les mensonges des autorités ouzbèkes?

Nous ne pensons pas que les autorités françaises soient tenues de contrôler la légalité de leur décision dans l’affaire Umid Abdounazarov, qui, ayant prétendu être victime du régime, a obtenu le statut de réfugié à l’aide d’histoires fictives et vit depuis 2010 à Paris.

Parce que ces fausses «victimes» peuvent nuire au sort des réfugiés ouzbeks dans différentes parties du monde qui sont en danger reel et ells ont reçu une protection internationale.

Nous ne soutenons pas qu’Umid Abdunazarov soit privé de son statut de réfugié et renvoyé en Ouzbékistan.

Des exemples on en a de ce qui attend les opposants et les critiques des autorités, qui parle des crimes du régime, et quand quelqu’un dit un mensonge délibéré et des calomnies contre les autorités, il n’est pas difficile de comprendre quel genre de punition l’attend chez lui.

Par conséquent, nous demandons de reconsidérer le statut d’Umid Abdunazarov, et de lui donner le statut de réfugié non pas comme une victime du régime, mais comme une personne qui fait face à la mort pour diffamation et fausses accusations contre le gouvernement de l’Ouzbékistan.

En même temps, nous estimons qu’il est nécessaire que toute autorité compétente doit exprimer son attitude envers les représentants des organisations et des fondations, qui ont créé cette fausse victime de répression politique, de torture, et de la tragédie d’Andijan, et qui ont forcé tout le monde à croire à ses contes.

Car cette affaire peut avoir un impact négatif sur le sort des réfugiés ouzbeks qui ont été forcés de quitter leur pays pour des raisons politiques et religieuses, et errant dans le monde, ne peuvent pas obtenir une protection internationale.

Mutabar Tadjibayeva
Fondateur et Directrice.
Association « Club des Coeurs Ardents »
Militante des Droits de l’Homme
Journaliste indépendante.

Тавсия этинг / Поделиться / Share:
  • Добавить ВКонтакте заметку об этой странице
  • Facebook
  • Twitter
  • Blogger
  • email
  • PDF
  • Print
  • RSS
  • Одноклассники
  • Add to favorites
  • В закладки Google
  • LiveJournal
  • Мой Мир

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *