Num\Spécial! Centre-1: Nadejda Atayeva – a plongé le défenseur des droits de l’homme ouzbek dans la boue

26 JUIN – LA JOURNÉE INTERNATIONALE POUR
LE SOUTIEN AUX VICTIMES DE LA TORTURE 

Extorsion de reçus pour argent non reçu, collecte de signatures sous des formulaires vierges ou fabrication du certificat de massacre d’Andijan – quel est le pire mensonge de Nadejda Atayeva?

Galima Bukharbayeva / Enquête d’intérêt public.

Les matériaux de cette enquête ne sont pas une exposition sensationnelle – beaucoup de gens étaient au courant de tout ce qui est écrit ci-dessous, et pas que depuis une année.

Les unités, cependant, ont protesté, mais leurs tentatives pour attirer l’attention du public sont restées infructueuses … Pourquoi?

D’après mes interlocuteurs, beaucoup ont été découragés par le caractère mesquin et sale du procès à venir, la honte et la réticence à «sortir les ordures de la hutte», ainsi que la peur de l’arrogance de l’adversaire et son sentiment d’impunité.

Mais le silence de la majorité et la situation négligée ont conduit au fait que la société civile d’Ouzbékistan a pratiquement dirigé le produit du régime de Karimov.

De plus, il y introduit et y installe toutes ses vieilles habitudes: mensonge et kidalovo, manipulation de l’opinion publique et musellement, insulte et humiliation des personnes, chantage et menaces – bref, tout ce marais, visqueux et puant.

Les activistes de l’Ouzbékistan, qui ont participé à la préparation du drapport, ont décidé de mettre un terme à cela. Cette enquête est publiée dans le seul but de rétablir la vérité, la justice et les normes morales de la société civile en Ouzbékistan.

Nadejda Atayeva

Âgé de 49 ans Nadejda Atayeva vit en France, et s’appelle elle-même présidente de l’Association «Droits de l’Homme en Asie Centrale».

Ayant débuté sa carrière dans le domaine des Droits de l’Homme seulement quelques années après avoir quitté l’Ouzbékistan, elle a très bien réussi à ce jour.

Ataeva occupe avec confiance les tribunes mondiales consacrées aux problèmes de l’Asie centrale, en tant qu’expert et combattante des droits de l’homme, et sa réputation aux yeux des organisations internationales et des donateurs qui la soutiennent semble incontestable.

Nadejda Atayeva à une réunion internationale sur les droits de l’homme; photo: YouTube

Ce mois-ci, Alisher Ilkhamov, représentant de la Fondation Open Society (OSF, Fondation Soros), a déclaré que l’histoire du mouvement mondial des Droits de l’Homme est l’histoire des actions de participation d’individus, incluant eux-mêmes avec Atayeva comme l’un d’entre eux.

Le discours, cependant, était sur l’argent. A savoir – la lutte de ce diable et plusieurs autres « individus » qui se sont joints à eux pour ne pas retourner en Ouzbékistan environ 1 milliard de dollars bloqués en Suisse provenant de Gulnara Karimova, la fille aînée du premier président de l’Ouzbékistan.

Dans cet article, nous parlerons aussi d’argent, mais pas seulement. Les dissidents et militants de l’Ouzbékistan qui se sont adressés à moi ont exprimé leur vif désir de parler de tout.

Ataeva et NZI

Originaire de la région Syrdarya en Ouzbékistan Nadejda Atayeva, lorsqu’elle vivait chez elle en Ouzbékistan, ne se souciait pas des Droits de l’Homme. Elle avait à faire autre chose: faire du pain.

Avec son frère Kahramon, maintenant âgé de 40 ans, et d’autres parents, elle a travaillé sous l’aile de son père – Alim Atayev, d’Avril 1997 à Avril 2000 qui a occupé la function de président du Conseil de la compagnie d’Etat «Uzdonmahsulot» («Uzhleboprodukt»).

Selon les documents de la Cour de la ville de Tachkent, les ATAYEVA – le père, le fils et la fille -ont été condamnés par contumace en 2013 à des peines de prison allant de neuf mois à six ans. Cette famille qui a reçu que trois ans les pouvoirs de la gestion d’«Uzhleboproduktom», a pillé ses ressources et s’est enrichi pour un montant de plus de 3,1 millions de dollars US.

Nadejda occupait le poste de directeur de la société « NZI ». Le but principal de cette société était de fournir aux entreprises de GAK des sacs en polypropylène «Uzhleboprodukt».

Selon le tribunal, l’entreprise régionale «Uzhleboprodukt» a été forcée de conclure des contrats avec NZI pour la fourniture de sacs, et ceux qui ont refusé ont été menacés de problèmes par celui qui se trouvait à la tête des entreprises appartenant à l’Etat – Alim Atayev.

Dans le même temps, NZI augmentait périodiquement le prix de leurs produits, par exemple, le coût d’un sac de Janvier à Décembre 1999 a augmenté 50-101 soums. Mais les entreprises n’ont pas eu l’occasion d’échapper à la conclusion d’un accord avec cette firme et de choisir un fournisseur moins cher.

Dans une conversation avec moi à Washington en mai 2014, Atayeva a remis en question l’indépendance de la décision du Tashgorsud, mais a confirmé sa spécialisation dans les sacs en polypropylène en Ouzbékistan, ainsi que le fait que l’existence de son entreprise et le revenue afferent n’auraient pas été possibles sans la position de son père à la tête du «Uzhleboprodukt».

Évasion et un long abri

Éviter d’échapper à l’arrestation et la condamnation en Ouzbékistan, Atayev a aidé à échapper. Ce fut un événement de grande envergure pour le pays: en 2000, l’information circula que le président d’«Uzhleboprodukt» ATAYEV avait fui puis Atayev est mortet a disparu.

Le « retour » de Nadejda a eu lieu début 2005. Dans la première interview quelle a donné à l’Institut basé à Londres pour le rapport sur la guerre et la paix (IWPR), elle exprime son désir de parler de la corruption du régime du président Islam Karimov.

Mais l’édition de Londres a refuse le matérile. Trop sur-mesure semblait-il, a partagé avec moi mon collègue, coordinnateur du programme IWPR pour l’Asie centrale.

En conséquence, «la publication» d’Atayeva avec la critique du régime Karimov a été conduite par une jeune journaliste Ruslan Sharipov de Tachkent, avec un entretien publié sur le site de «Asie centrale».

La processus de reincarnation en opposant politique est une chose commune pour de nombreux représentants et associés du régime: ils se déclarent eux-mêmes comme des opposants et des militants des Droits de l’Homme, lce qui rend les choses plus faciles afin d’éviter l’extradition et de répondre aux factures.

Mais au bout du compte, le massacre d’Andijan du 13 mai 2005 a aidé Atayeva afin de prendre pied en Europe, lorsque les troupes gouvernementales en Ouzbékistan, sans crier gare, ont ouvert le feu sur une foule de manifestants sur la place Bobur et ont continué à tirer jusqu’à ce que  dans les rues il n’y ait plus de cible humaine directe.

L’énormité du massacre d’Andijan a aidé de nombreux citoyens Ouzbék retranché à l’étranger  de demander l’asile: tout le monde a commencé à utilizer l’impossibilité d’être extradé vers un régime sanguinaire, sans avoir aucun rapport avec Andijan ou bien la lutte pour les droits de l’homme, ni des activités d’opposant.

Selon le service de migration français, Nadejda Atayeva a reçu l’asile en France le 22 Juillet 2005.

C-1 a envoyé un tas de questions Atayeva, parmi elles: pourquoi l’obtention de votre statut de refugié a-t’il autant été retardé pendant si longtemps? Mais elle n’a pas répondu …

Cinq ans d’Andijan

En Avril 2010, Jacqueline Hale, une employée de la Fondation Open Society (OSF), distribua  une demande parmi ses collègues des célèbres organisations internationales faisant autorité:

«S’il vous plaît, si vous avez pas encore fait cela, forwarder ce message avec deux annexes à votre liste de contacts! Si vous l’avez déjà envoyé, dans ce cas renvoyez le comme un rappel! L’idée est de créer beaucoup de pression en raison de l’alerte maximale sur cet événement.»

Il s’agissait de la nomination le 4 mai dans le bâtiment du Parlement européen à Bruxelles (Belgique) d’une «table ronde» intitulée «Ouzbékistan: cinq ans après l’Andijan».

Les organisateur de l’événement étaient: « L’initiative ouzbek – Londres », « Amnesty International », l’Association « Droits de l’Homme en Asie Centrale », la Fédération internationale des droits de l’homme (FIDH), l’International Crisis Group (ICG), Human Rights Watch, Front Line, OSF, Press Now (maintenant – Free Press Unlimited) et le forum ouzbek-allemand des droits de l’homme.

Selon l’ordre du jour, le discours d’ouverture de l’événement devaient être fait par le président de la Commission des droits de l’homme au Parlement européen Heidi Hautala et un membre de la délégation du Parlement européen au Kazakhstan et au Kirghizistan Niccolò Rinaldi.

Le moment clé de la «table ronde», en plus de discuter de la situation des droits de l’homme en Ouzbékistan après le massacre d’Andijan, était censé montrer des fragments d’un. Nouveau film documentaire «Histoires d’Andijan», dans lequel témoigne un anatomo-pathologiste.

Son identité « pour des raisons de sécurité » sera cachée, il apparaîtra dans le film dans la pénombre, cachant son apparence, et avec une voix changée.

Mais Nadejda Ataeva, qui se tient derrière la production de ce film, agira comme garante de son authenticité et de l’authenticité de  l’histoire qu’il a raconté.

« J’étais épuisé … »

La nuit avant le spectacle, Ataeva était très nerveuse. Dans une lettre adressée à un ancien combattant de l’opposition ouzbek et de la protection des droits de l’homme, Dilorom Iskhakova, qui a coopéré avec elle à Tachkent, elle écrit, implorant de prendre de toute urgence soin de sa famille en Ouzbékistan:

« Dilorom-opa, dites-moi, vous avez compris que cette famille devrait être emmenée à Shymkent, peu importe comment: en avion, via Almaty, ou en voiture … L’essentiel est qu’ils soient là bas pour recevoir un visa … J’ai tout usé. J’ai un discours, et je dois faire un rapport, et cette information peut se transformer en horreur pour cette famille s’ils ne partent pas d’urgence. »

Le fait qu’un conjoint et deux enfants d’un témoin d’Andijan demeuraient encore à Tachkent le jour de son témoignage dans l’enceinte du Parlement européen, peut être considéré comme un acte tout à fait irresponsable et scandaleux de la part des défenseurs des droits de l’homme, mais selon Iskhakova, il n’y avait aucune inquiétude à se faire pour cela.

Elle a répondu à la demande d’Atayeva. Ce jour-là, elle a réussi à envoyer la femme et ses deux fils du pathologiste, âgé de huit et six ans, à Almaty. Ils sont partis en avion sans rencontrer de difficultés à l’aéroport de Tachkent.

Selon le militant, il était évident que la famille était «propre», ils n’étaient suivis d’aucune surveillance, ils n’étaient pas inclus dans les «listes noires».

Et cette circonstance, comme Iskhakova l’a dit aujourd’hui, a renforcé ses soupçons de début, don’t elle a fait part, bien sûr, à Atayeva.

Un pathologiste … sans diplôme

Le fait  est que ce médecin légiste, qu’Atayeva a saisi avec toute sa cupidité, ne figurait parmi les diplômés d’aucun institut médical en Ouzbékistan, en particulier dans les universités de Tachkent et d’Andijan.

Et au moment de la présentation du film à Bruxelles, Iskhakova, selon sa confession, était très inquiète pour Nadejda, craignant qu’il ait été envoyé par Tachkent pour détruire l’organisation et les activités d’Atayeva.

Dans ses doutes, Iskhakova se rendit compte que, peut-être, il n’était pas diplômé de l’université, mais d’un collège de médecine et travaillait à la morgue comme simple infirmier ou infirmier, mais prétendait être médecin.

Les fragments du film « Les Histoires d’Andijan » ont été montrés à Bruxelles. Cela s’est passé dans la première moitié de la journée, lorsque les invités les plus importants étaient encore présents et que les participants les plus importants de la réunion étaient présents.

Le film de l’ancienne journaliste de la BBC Monica Whitlock: «A travers le verre: le massacre d’Andijan», qui intègre les informations video et audio les plus fiables, ainsi que des témoins oculaires et des victimes des événements, a été montré dans la soirée, pendant le dîner.

La militante des Droits de l’Homme d’Ouzbékistan, responsable du «Club des Coeurs Ardents», Mutabar Tadjibayeva, qui vit maintenant en France, a participé à la «table ronde» à Bruxelles, et se rappelle que le monologue dramatique du pathologiste a impressionné le public international.

La silhouette sombre d’un homme a raconté son histoire sur un large écran pendant dix minutes. Qu’il a été arrêté après les événements d’Andijan et emmené dans les chambres de torture du Service national de sécurité (CNB) d’Ouzbékistan tout l’été – pendantplus de trois mois. Durant son arrestation, il a été torturé et violé.

En septembre 2005, il a été libéré et forcé de travailler à la morgue de l’hôpital régional d’Andijan, où il est resté jusqu’en février 2006. Ses fonctions comprenaient des autopsies de centaines d’admis à la morgue, avec des blessures par balles (il a dû récupérer les balles), ainsi que des traces de violence, y compris sexuelle.

Professeur de français de Kokand

Peu de temps après l’achèvement du spectacle de Bruxelles, Dilorom Iskhakova connaissait presque tout du « pathologiste ».

Le premier à lui parler de la personne sur l’écran est son proche parent, qui a révélé en toute simplicité qu’il n’était pas un docteur, mais un professeur de français. Après Bruxelles, selon Iskhakova, cette information semblait assourdissante.

L’activiste a décidé de mener sa propre enquête, et bientôt appris qu’Umid Abdunazarov, né en 1977, résident de la ville de Kokand, se faisait passé pour le pathologiste de la ville d’Andijan.

En 2003, il est diplômé de la Faculté de philology romano-germanique, Département de langue française, à l’Université Fergana. Il n’a jamais été arrêté. Et il n’a pas vécu à Andijan.

Le premier endroit officiel de son travail en tant qu’interprète de 2000 à 2003 était la raffinerie de pétrole de Ferghana.

Après l’obtention de son diplôme, Abdunazarov a obtenu un poste de professeur de français à l’école numéro 32 de la ville de Kokand, où il a travaillé d’Août 2004 à Septembre 2006, soit, au moment même où il aurait été détenu à Andijan, puis travaillé à la morgue de l’hôpital régional.

Extrait du tract personnel d’Umid Abdunazarov du département du personnel de l’école n ° 32 de Kokand.

Toutes ces données sur Umid Abdunazarova, Iskhakova en a obtenu la confirmation par des documents,: un diplôme de fin d’études de l’université de Fergana, un extrait de la feuille de l’école numéro 32 de Kokand.

Je n’ai pas sourcillé …

Concernant les résultats de son enquête et les documents reçus par Abdunazarov, Iskhakova en a informé Atayeva.

Cela s’est produit, comme le rappelle Dilorom-opa, pas plus tard que novembre 2010, avant son départ pour Moscou pour un traitement et une intervention chirurgicale. Mais sa collègue vivant en France n’a pas semblé choquée par ce qu’elle a entendu, comme ils disent, elle n’a pas sourcillé.

Ataeva savait peut-être déjà à cette époque qu’elle avait présenté au public international, ayant obtenu son soutien et son autorité, un faux, et maintenant le protégeait, ayant peur de «se faire cramer».

En Juin 2010, l’assistant de Monica Whitlock, Hérode, demanda à l’un des défenseurs des droits de l’homme ouzbeks de l’aider à trouver «le pathologiste», en disant que la journaliste britannique, qui ne se bast pour Andijan avec des paroles mais en réalité, voudrait lui parler.

Comme Herod l’a rappelé, Ataeva non seulement n’a pas répondu à la demande de Monica de partager le contact de son héros, mais n’a même pas répondu à la demande.

La personne d’Abdunazarov est confirmé aujourd’hui par un journaliste de Londres (anciennement BBC, et maintant  programme radio «Liberté») Shahida Tulyaganova, également connu sous le Shahida Yakub.

En tant que leader de l’organisation, «l’Initiative Ouzbékistan – Londres», Shahida a agi aux côtés de Atayeva comme l’une des organisatrice de la table ronde à Bruxelles, et elle est celle qui a filmé le “Pathologiste” pour le film.

En réponse à ma question récente, Shahida a confirmé que elle a juste interviewé Umida Abdunazarova, mais, selon elle, elle ne savait pas qui il est, elle n’a pas recherché la preuve de l’authenticité de ses paroles, mais simplement a respecté la demande Atayeva.

« Ce n’était pas mon histoire. Ataeva m’a demandé d’écrire, eh bien, je l’ai écrit », elle m’a répondu.

À ma demande, Shahida m’a donné l’adresse électronique d’Abdunazarov, mais il n’a pas répondu à la lettre que j’ai envoyée et aux questions qu’elle contenait.

À ce jour, on sait qu’il vit en France. En 2010, sur la recommandation d’Alan Deletroz, à l’époque l’un des directeurs de l’International Crisis Group (ICG), Shahida Tulyaganova et de Nadejda Atayeva, il a obtenu l’asile dans ce pays.

Le spectacle doit continuer!

En avril 2011, l’association « Droits de l’homme en Asie centrale » publie un rapport: « Nos tortionnaires savent qu’ils ne seront pas traduits devant la loi … »

La base de ce document réside à nouveau dans le témoignage du même « pathologiste ». C’est-à-dire, six mois après, selon Iskhakova, que sa personnalité ait été complètement exposée, ce dont Ataeva était au courant.

Le site de Fergana à Moscou est devenu l’une des rares publications qui a attiré l’attention sur le rapport, mais s’il doute déjà de la fiabilité des données publiées: « L’histoire de 300 résidents torturés d’Andijan est douteuse, mais en Ouzbékistan les prisons sont vraiment le lieu de tortures et de meurtres ».

La publication prête ensuite son attention à un rapport discutable et publie même des échantillons de « cartes vertes » dans lesquelles les données sur les cadavres entrants auraient été introduites dans la morgue d’Andijan.

La lecture de tout le rapport, avec beaucoup de patience, ne mène qu’à une conclusion: des conneries!

Mais vous comprenez pourquoi il s’est avéré incroyablement absurde: honnêtement, il est impossible de mentir, même rêver de s’installer en France un enseignant et un désir déterminé d’élever votre «cote de droits de l’homme» à un vendeur de sacs en polypropylène.

Et surtout à propos d’une tragédie telle qu’Andijan. Ne pas la voir. Ne pas avoir survécu.

Le rapport …

Maintenant, dans le rapport de l’Association, Umid Abdunazarov âgé de 40 ans, comme indiqué, de Septembre 2005 à Février 2006 a examiné à la morgue d’Andijan 500 morts et au moins 300 d’entre eux – avec des blessures fraîches, y compris coup de feu.

Les morts étaient livres à la morgue par les officiers de la SNB, sur les corps il n’y avait qu’un numéro à sept chiffres, à leur admission ils étaient enregistrés sur une «carte verte».

Les cadavres étaient si nombreux que, selon le «témoin», ils étaient empilé sur le sol. Il se dégageait une odeur insupportable.

D’où venaient ces corps? Pourquoi durant cette période personne n’a rapporté des massacres de masse ou des mort en masse en prison? Pourquoi les corps ont été conduits à la morgue d’Andijan? Toutes les victimes provenaient seulement de cette région – n’est-ce pas beaucoup pour la seule région d’Andijan et même pour la vallée de Fergana!

Pourquoi le CNB a demandé leur autopsie, et encore plus de retirer les balles, quand on sait que la plupart des victimes après les événements d’Andijan ont été immédiatement et secrètement enterrées? Et comme se fait-il qu’un prisonnier soumis à une «terribles tortures» soit autorisé à partir libre, et même à recevoir plus de confiance en une mission secrète – travailler dans une morgue?

Toutes ces questions et doutes, selon Atayeva, aurait été dissipés par la declaration du journaliste de Tachkent Khusnutdin Kutbitdinov, qui a visité Andijan à la fin du mois de mai 2005, et qui a confirmé le témoignage de «pathologiste» dans une période clairement de temps spécifique, ainsi que prouver quelques-unes des disparitions de personnes en Ouzbékistan durant la période 2008 à 2010 …

Ce n’est pas une blague, et cela est écrit. En outre, il semble qu’il soit inutile de discuter un texte concocté par des imposteurs. Seulement pour l’histoire – la première phrase du témoignage «employé de la morgue d’Andijan»:

«En fait, j’étais sur la place sur la place Babur [à Andijan] par hasard. Le 12 mai [2005] J’étais en vacances. Ce jour-là, avec d’anciens camarades de classe de l’école de médecine, nous avons rencontré notre ami à Andijan…»

Pourquoi?

Ataeva n’a pas répondu à la question qu’elle a posée: pourquoi?

Ensuite, je lui demande Dilorom Iskhakova.

Selon Dilorom-opa, elle ne sait pas pourquoi Atayeva a poursuivi une fraude si colossale, mais elle pense qu’Atayeva en regardant les autres journalistes et militants des Droits de l’Homme qui couvrait le massacre d’Andijan, a voulu aussi mettre la main sur cette histoire d’Andijan.

La hauteur d’Andijan et la bassesse d’Atayeva

Quand j’ai rassemblé des documents pour cette enquête, traitant avec de nombreux activistes ouzbeks en contact avec Atayeva, je pensais que le point clé serait la preuve de sa fraude financière.

Mais après la présentation de la fraude d’Andijan, les fraudeurs pseudo-légaux avec des reçus et même l’insulte et l’humiliation des meilleurs représentants de la société civile du pays et les vraies victimes du régime de Karimov semblent être une bagatelle mineure.

Ataeva a falsifié Andijan

Elle a trahi les présents témoins du carnage. Elle a cadré les organisations des droits de l’homme pour obtenir leur soutien et leur participation en se donnant de la crédibilité.  Elle a commis un crime contre Andijan et ses victimes.

À partir de zéro

Est-il nécessaire d’ajouter ici qu’ en plus de cela, elle a demandé à chaque reunion à Dilorom Iskhakova de signer jusqu’à 30-40 feuilles de feuilles de papier, en expliquant sa demande par le fait qu’ils auront besoin dans le future pour certaines campagnes. A ce jour aucun document avec la signature de l’activiste n’a fait surface nulle part.

Iskhakova pense qu’à l’aide de sa signature Atayeva a obtenu sur son dos un peu d’argent.

L’activiste donne aussi naissance à d’autres questions: pourquoi Atayeva, envoyant parfois de l’argent à sa fille Sevinch Parpieva, demande-t-elle alors des reçus sans indiquer le montant reçu et ajoute qu’elle a reçu le transfert alors que sa mère n’avait pas de passeport?

Iskhakova confirme qu’ à cette époque, elle avait un passeport, confirme les transferts d’argent par Western Union, effectués en son nom par Atayeva elle-même.

Mutabar Tadjibayeva raconte aussi qu’elle a signé des feuilles de papier vierges à la demande d’Atayeva.

En outre, Mutabar partage qu’après avoir reçu un prix en espèces en 2008 après avoir quitté la prison, elle lui a prêté 3500 euros à Atayeva, mais à ce jour, cette dernière n’a pas restitué la totalité de la somme à Tadjibayeva.

Reçus et factures

Un analyste vivant à Tachkent parle de son expérience de coopération avec Atayeva. Selon lui, le 13 septembre 2007 à Almaty, il a reçu un transfert d’argent de Western Union d’Atayeva d’un montant de 250 euros pour un rapport écrit pour elle.

Quelques mois plus tard, le 18 janvier 2008, il a écrit une demande à Atayeva lui demandant de lui fournir une aide matérielle «pour son logement et en rapport avec la naissance de sa fille».

Le 27 janvier, il signe un reçu attestant qu’il a reçu une aide d’un montant de 550 euros, indiquant le lieu de réception de l’adresse à Almaty.

Mais, comme l’atteste l’analyste ouzbek aujourd’hui, il n’a bénéficié d’aucune aide matérielle de la part d’Atayeva, ses relations monétaires avec elle se limitant seulement au paiement du rapport de 250 euros. De plus, at-il dit, au moment de la demande d’aide, il était déjà en Europe, mais il a été forcé d’affirmer qu’il vivait à Almaty.

Chantage et menaces

En mars 2015, Atayeva a démontré à un autre destinataire de quelle manière son refus obstiné de signer le nombre requis de reçus et de soumettre des factures, pour lequel ni elle ni son association «Droits de l’homme en Asie centrale» n’avait de relation, pourrait prendre fin.

Dans ma correspondance à Atayeva, le 6 mars 2015, j’ai demandé à l’administrateur ouzbek Abdulaziz Makhmudov de l’aider, car il n’y avait pas de reçu pour l’argent qui lui avait été transféré au département de la comptabilité.

 

Convenant de lui venir en aider, immédiatement M. Mahmudov a rencontré à Tachkent, avec le courrier Atayeva en main, le journaliste Vasily Markov, qui lui remet en Juin 2010 à Moscou. Un reçu 1 000 $ (le transfert a été fait au nom de sa fille).

Mais Atayeva n’était pas satisfaite et a demandé à Makhmoudov de rencontrer à nouveau avec le courier et de redonner un nouveau reçu avec une autre date de réception des fonds.

Elle lui demande aussi de trouver des billets d’avion, ainsi que les factures de téléphone et de l’Internet pour une période allant « de Juin au 30 Décembre 2010, soit avant la fin de l’exercice fiscal.»

Makhmoudov refuse de répondre à la demande, en faisant valoir qu’un reçu est suffisant pour un montant total d’argent qui lui est versé, ainsi que l’heure exacte et le lieu de leur réception.

Puis Atayeva change de ton. Le 25 mars, elle écrit: «Bonjour, j’ai l’impression que votre intention est de  mecréer des problems. Il n’en est pas question. Vous avez obtenu l’argent. Il s’agit d’un montant important. Donnez moi les factures ou retournez moi l’argent. Je vous promets un très grand scandal si vous ne le faites pas… sérieusement c’est dit… »

Quatre heures plus tard éclate Atayeva menaces qu’elle dénoncera sa fille aux autorités fiscales russe: « J’ai contacté notre avocet. Nous sommes en mesure de faire dans une demande auprès de la Russie à travers le Comité fiscal de la Russie pour retrouver la bénéficiaire – votre fille – et d’obtenir d’elle un rapport sur l’utilisation des1000 dollars qu’elle a reçus de nous. « Elle donne à Mahmoudov une semaine.

Le 26 mars, le directeur étonné rappelle que l’argent qu’il a reçu était un paiement pour les archives vidéo qu’il a données à Atayeva sur la situation des droits de l’homme en Ouzbékistan en 1991, à la veille de l’effondrement de l’URSS.

Alors, a-t-il dit, il ne s’agissait pas de rapports. « Maintenant, je ne peux pas vous envoyer de papiers faux, ce sera juste une fraude, à laquelle vous me contraignez, et cela contredit mes convictions », déclare-t-il.

Ataeva répond, qu’elle donne deux jours de plus, puis fait une demande à la Russie contre sa fille. Dans le même temps, elle essaie toujours de persuader l’homme et de changer de tactique: « Peut-être que je peux faire quelque chose pour vous dans le futur? » Puis il appelle: « Réfléchissons-y … »

Subvention et voyage en Europe

L’expérience de travail avec Atayeva, se terminant avec le sentiment qu’ils étaient utilisés comme une seringue jetable, est racontée par de nombreux activistes en Ouzbékistan.

Surat Ikramov, activiste des droits de l’homme, a remis au président de l’Association «Droits de l’homme en Asie centrale» des archives de persécutions et de procès en vertu de l’article 159 du Code pénal ouzbek: «Empiètement sur l’ordre constitutionnel».

En réponse, Atayeva lui a promis d’organiser un voyage en Europe – Ikramov espérait trouver un éditeur pour son livre, mais tout s’est terminé avec rien.

Abdulkosim Mamarasulov, un activiste de la région de Djizak, se considère également comme l’un des naïfs qu’Ataïeva a utilisés. À l’automne 2013, il lui a fourni des photos et des documents factuels sur la campagne du coton, mais la défenseuse des droits humains lui a promis de lui fournir du matériel de bureau, une subvention d’un donateur ou un voyage en Europe.

 

En conséquence, Mamarasulov n’a reçu aucune subvention, et Atayeva n’a pas payé les frais promis, même avec une réunion personnelle aux États-Unis en mai 2014.

Finalement, il a obtenu le paiement de son travail en juin 2014, en écrivant un commentaire révélateur sur elle sur un site populaire. Elle lui a immédiatement envoyé l’argent dû.

L’analyste politique de Tachkent, Bahodir Musaev, a prêté attention aux insultes d’Atayeva à l’époque, et ses lettres, dans lesquelles elle écrit les choses les plus péjoratives à propos de Mutabar Tadjibayeva, se moquant de son viol, de sa stérilisation forcée et de sa torture en prison, ne peuvent être lues.

Atayeva ne manque pas une occasion de parler de l’apparition de Mutabar, qu’elle est « habillée comme un séneçon », alors qu’elle ne rend pas la dernière dette elle-même.

Mais le pire ..

Mais tous les militants ouzbeks qui ont pris part à la préparation de ce matériel s’accordent à dire que la pire des machinations d’Atayeva est la fabrication de preuves du massacre d’Andijan. Et un tel mensonge, et ce comportement doivent être éradiqués dans la société civile du pays.

« Andijan est une telle tragédie qu’il ne vaut pas la peine d’inventer quelque chose – Cela ne doit pas exister en aucun cas », explique Dilorom Iskhakova. – “Je crois que cette histoire avec Umid était terrible… »

Surmontant l’agitation, elle poursuit: « Et de penser qu’Andijan est une scène où les gens doivent jouer un rôle, c’est terrible, c’est un blasphème… »

Galima Bukharbaeva – rédacteur en chef du C-1

Тавсия этинг / Поделиться / Share:
  • Добавить ВКонтакте заметку об этой странице
  • Facebook
  • Twitter
  • Blogger
  • email
  • PDF
  • Print
  • RSS
  • Одноклассники
  • Add to favorites
  • В закладки Google
  • LiveJournal
  • Мой Мир

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *