Num\Spesial! Nadejda Atayeva, une fille de la mafia du pain ouzbek

26 JUIN – LA JOURNÉE INTERNATIONALE POUR
LE SOUTIEN AUX VICTIMES DE LA TORTURE 

Qu’a fait la famille Atayev en Ouzbékistan lorsque le chef de la famille, Alim Atayev, a dirigé la société par actions Uzdonmahsulot? Nadejda Atayeva, militante des droits de l’homme, a fait de l’argent même pour la farine réservée aux pauvres.

Une condamnation pour la famille Atayev à la tête de laquelle l’ancien président du conseil d’administration de l’Uzdonmahsulot, Alim Atayev, a été prononcée par contumace à Tachkent en été 2013.

Ils ont fui le pays au printemps 2000, immédiatement après qu’une affaire criminelle de vol à grande échelle à Uzdonmahsulot a été ouverte contre eux en tant que groupe criminel organisé.

Après être sorti de l’Ouzbékistan en 2000, d’abord au Kazakhstan puis en France, les Atayev ont gardé le silence. Ensuite, la famille n’a pensé à aucune activité politique, et encore moins aux droits de l’homme: elle n’a pas fait de déclarations très médiatisées et n’a pas non plus expliqué l’affaire pénale ouverte contre elle en Ouzbékistan.

Il est évident que la nécessité de politiser leurs poursuites à domicile a émergé en 2004 et 2005 lorsque les Atayev, installés en France en 2002, ont été extradés vers l’Ouzbékistan, ce que les autorités de Tachkent voulaient.

En 2005, Nadejda, la fille d’Alim Atayev, a fait une déclaration à la presse et en 2006 elle a créé l’association des droits de l’homme en Asie centrale.

La transformation de la fille d’Atayev en militante des droits de l’homme s’est faite grâce à la dictature d’Islam Karimov en Ouzbékistan, le mauvais état et l’immaturité de la société civile dans le pays, l’absence de médias indépendants, la superficialité et le manque de professionnalisme. Les organisations de défense des droits de l’homme ont immédiatement transformé la famille en martyrs, victimes du régime, comme s’ils se lavaient le visage souillé par de la farine volée.

Mais le travail sur les droits de l’homme qui a commencé en 2006, comme on le sait, ne peut pas être défait.

Nadejdaa Atayeva et sa famille ne sont pas Mikhaïl Khodorkovski de Russie ou Mukhtar Ablyazov du Kazakhstan et même pas Sanjar Umarov d’Ouzbékistan – riches émigrés de l’élite dirigeante qui ont annoncé leurs ambitions politiques en les payant avec des années de prison.

Les Atayev, selon la décision rendue par le tribunal municipal de Tachkent, étaient simplement impliqués dans un vol brutal. Ils étaient loin de la politique.

En même temps, ils ne dédaignaient rien, pas même la farine des réserves achetées par l’État pour la vendre à prix réduit aux groupes socialement vulnérables: ils en faisaient du pain d’épice, par exemple, dans des entreprises illégalement privatisées et l’a vendu aux Ouzbeks au prix du marché.

Connaissant le premier président ouzbek, Islam Karimov, on peut imaginer que ce genre de corruption l’a rendu fou alors que les Atayev ont franchi les lignes rouges établies dans son système.

Et Karimov a puni son propre peuple en s’autorisant plus que ce qui lui était permis: le conseiller d’Etat Ismail Jurabekov, le maire de Tachkent Kozim Tulyaganov et même sa propre fille Gulnara Karimova (cette dernière disparue dans les prisons de Tachkent), accusés de corruption. Personne ne pense même à appeler cette troïka des victimes politiques.

La décision du tribunal municipal de Tachkent raconte en détail comment Alim Atayev devint chef de l’Uzdonmahsulot en 1997 et ses enfants Nadejda, 29 ans, et Kahramon, 20 ans, ainsi que son frère Saparbay, même sans études supérieures, commencèrent à travailler dans la direction.

Saparbay Atayev a été nommé administrateur de la société anonyme Tansiq, filiale d’Uzdonmahsulot, tandis que le jeune Kahramon dirigeait une autre filiale, Uch Kahramon Non.

En automne 1997, grâce à des documents falsifiés et à diverses falsifications, Alim Atayev et ses proches ont changé la forme de propriété de l’entreprise publique Uch Kahramon Non et l’ont privatisée, faisant de son frère et de son fils les propriétaires. Ensuite, 51% de l’entreprise appartenaient à Kahromon et 49% à Saparbay.

Puis, selon la décision, Alim Atayev, en conflit avec ses proches, a commencé à fournir de la farine à l’entreprise familiale Uch Kahramon Non.

Pour cet Etat, l’argent alloué à l’achat de farine à bas prix pour la population a été canalisé pour « assurer un travail ininterrompu » d’Uch Kahramon Non et de ses unités de production Yallama Non dans le district de Chinaz dans la région de Tachkent.

Uch Kahramon Non n‘a pas reçu de farine de la sorte: en septembre 1999, Alim Atayev a réduit de 1,915 tonnes les fournitures de farine attribuées par le gouvernement à Navoimatlubotsavdo dans la région de Navoï au troisième trimestre.

Cette farine provenant des réserves a été déclarée comme de la farine qui n’a pas été achetée par les régions ouzbèkes et a été transférée « pour améliorer la fourniture de produits panifiés à la population de la région de Tachkent et de Tachkent ».

En conséquence, la plus grande partie de la farine qui n’est pas arrivée aux habitants de la région de Navoiy, soit 1 310 tonnes, a été donnée à Uch Kahramon Non, selon la décision.

Cette compagnie n’était pas seulement celle qui a été privatisée par les Atayev. En 1999, 10 boulangeries gérées par l’État à Tachkent, qui faisaient partie de l’Uzdonmahsulot, auraient été vendues à une société étrangère appelée K

Тавсия этинг / Поделиться / Share:
  • Добавить ВКонтакте заметку об этой странице
  • Facebook
  • Twitter
  • Blogger
  • email
  • PDF
  • Print
  • RSS
  • Одноклассники
  • Add to favorites
  • В закладки Google
  • LiveJournal
  • Мой Мир

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *