Num\Spesial! La société civile d’Ouzbékistan condamne les mensonges et les machinations de Nadejda Atayeva

26 JUIN – LA JOURNÉE INTERNATIONALE POUR
LE SOUTIEN AUX VICTIMES DE LA TORTURE 

 Des militants des droits de l’homme en Ouzbékistan ont commenté la fabrication par Nadejda Atayeva des preuves du massacre d’Andijan et ont l’intention de la traduire en justice.

La fabrication du témoignage sur les évènements du 13 mai 2005 d’Andijan, par Nadejda Atayeva, qui vit en France, Présidente de l’Association «droits de l’homme en Asie centrale» devrait obtenir une évaluation juridique, c’est ce que déclare l’un des principaux militants de la société civile de l’Ouzbékistan.

Mensonge lorsque Atayeva offre comme victime et témoin d’Andijan, le nom d’ Umidjon Abdunazarov, enseignant de l’école de Kokand, qui n’a rien à voir avec les évènements. En plus de l’enquête du site C-1, les faits ont été  confirmés par la surveillance menée par la militante des droits de l’homme bien connue Elena Urlayeva.

La semaine dernière Urlayeva, chef de l’Alliance des droits de l’homme en Ouzbékistan, a visité Kokand, où elle a rencontré des parents, des voisins, des collègues et des enseignants d’Umidjon Abdunazarov.

Et tout les personnes qui connaissaient Abdunazarov ont confirmé qu’il n’a jamais été arrêté ni poursuivi par les autorités. Il a étudié à l’Université d’Etat de Fergana avec une spécialisation en «Français», et a ensuite travaillé en tant que professeur, et en 2008, il est parti en France pour y travailler.

En 2010 Atayeva présente au Parlement européen à Bruxelles, le film «Histoires d’Andijan» où Abdunazarov apparaît comme un médecin, qui se trouvait à Andijan, à la veille du massacre, a ensuite été arrêté et détenu au centre de détention du Service national de sécurité (SNB) à Kokand pendant plus de trois mois, où il a été torturé, et également violé.

Il aurait alors été libéré, mais il a été forcé à travailler comme médecin-légiste à la morgue à l’Hôpital régional d’Andijan (Septembre 2005 à Février 2006), où il a été forcé de constater les conséquences d’exécutions extrajudiciaires et de meurtres sous la torture. Il a personnellement examiné 500 cadavres, dont 300 portaient des traces de violence et des blessures par balles.

En Avril 2011, Atayeva publiera un rapport «Nos tortionnaires savent qu’ils ne seront pas traduits  devant la loi …» sur le témoignage du même «médecin-légiste» Abdunazarov.

Le fait qu’ Atayeva, en tant que militante des droits de l’homme, puissent répandre de tels mensonges sans aucune forme d’hésitation depuis les plus hautes tribunes internationales fut un choc pour beaucoup de militants de la société civile d’Ouzbékistan.

Dans le sondage de C-1, ils ont parlé de la revelation et ont exprimé leurs points de vue sur la façon de réagir face à cette vérité qui apparaît.

Les quatre participants à l’enquête ont répondu à quatre questions:

1. Pensez-vous qu’il est juste d’exposer la corruption et la falsification, indépendamment de qui est accusé de cela – le régime ou son adversaire?

2. Que pensez-vous de l’exposition de Nadejda Atayeva?

3. Quels dommages la société civile a-t-elle subie du fait des activités d’Atayeva et de ses fabrication de témoignages d’Andijan?

4. Soutenez-vous l’initiative de créer une commission qui comprend les organisations internationales à enquêter sur les charges contre Nadejda Atayeva?

Leader de la PAU (Alliance des droits de l’homme de l’Ouzbékistan), Elena Urlayeva:

«Oui, je pense qu’il est juste que nous devions dénoncer la corruption et la contrefaçon, peu importe qui est l’accusé, – régime ou opposition. Et avec l’opposition, l’exigence devrait  être encore plus importante, parce que d’abord elle a été créée pour lutter contre le régime, et il est horrible, quand à la fin elle devient complice de crimes.

Nous devons exposer les mensonges d’Atayeva sur la tragédie d’Andijan, il est necessaire de trouver  le faux médecin légiste et de lui demander pour combien d’argent il a écrit l’histoire de la torture et des cadavres.

Après tout, c’était clair: Atayeva aide les escrocs à obtenir l’asile politique en Europe et, peut-être, des subventions internationales ont été accordées à cette affaire.

Après tout, les escrocs ne font jamais rien gratuitement, ils ne sont pas patriotes, des enthousiastes – ils ont l’objectif de l’enrichissement facile au détriment des personnes crédules.

Le fait que le médecin légiste d’Atayeva soit un mensonge, j’en ai été personnellement convaincu après un voyage dans les villes de Kokand et Fergana le 14 septembre. À cette occasion, j’ai écrit des déclarations au Bureau du Procureur général, au Ministère de l’intérieur et personnellement au Président Shavkat Mirziyoyev.

Je suis surpris de voir comment l’Europe offre un abri pour les personnes sans vérification de base des faits relatifs à leur identité et de l’état d’Ouzbékistan.

De plus, pour de tels mensonges, ces « réfugiés » reçoivent des prestations en espèces et la citoyenneté!

Il y a, bien sûr, des dommages aux fraudes de Nadejda Atayeva. Tout d’abord, ce genre d’activité a diminué la crédibilité des défenseurs des droits de l’homme.

Par exemple, il y a quelques années Nadejda Atayeva par l’intermédiaire de Dilorom Iskhakova (activiste de Tachkent – Note C-1.), sous couvert d’une assistance aux victimes de la torture, a recueilli des informations sur des adolescents confus dans le département de police du district de Mirabad à Tachkent.

Nous avons dit aux parents d’adolescents, que les organisations de défense des droits de l’homme internationaux préparent un rapport et vont fournir le financement à la protection de leurs enfants victimes de la torture. Mais il n’y a vraiment eu aucune aide financière.

Je veux être sur la liste des membres de la commission qui vont demander à Nadejda Atayeva de faire rapport sur l’assistance aux victimes de la torture et la falsification du rapport sur Andijan.

Un défenseur des droits humains de Tachkent Shukhrat Roustamov:

« Je crois que les défenseurs des droits de l’homme ont la même responsabilité envers la société et le droit que les autres citoyens.

En ce qui concerne les révélations à propos de Nadejda Atayeva sur le site C-1, c’était vraiment stupéfiant. A propos, Atayeva m’a aussi trompé. L’année dernière, elle est venue me voir et m’a offert de l’aide pour créer ma propre organisation des droits de l’homme.

Il y a plusieurs années, pour obtenir une protection dans l’un des litiges importants, j’ai reçu de l’organisation internationale Front Line de l’argent pour payer le travail des avocats. La recommandation pour Front Line m’a été donnée par Atayeva, alors j’ai pensé qu’elle était une personne sérieuse, et je n’ai pas refusé de l’aide.

Il s’agissait alors de deux smartphones, de quatre ordinateurs et d’un peu d’argent. J’ai passé beaucoup de temps à préparer et à soumettre des demandes, mais à la fin, je n’ai rien reçu.

En ce qui concerne le faux médecin-légiste, alors, si le fait d’un faux a eu lieu, je pense que nous devons procéder à une vérification approfondie.

Elena Urlayeva a correctement fait savoir qu’elle avait écrit une déclaration au bureau du procureur general afin que ce contrôle ait lieu.

Et les dégâts causés par les activités d’Atayeva sont très importants. Je pense que les membres de la société civile d’Ouzbékistan, qu’elle a trompés, ont le droit d’exiger une indemnisation non seulement pour les dommages matériels mais aussi moraux.

Je soutiens pleinement l’initiative visant à créer une commission pour enquêter sur les activités d’Atayeva. Laissez cette commission vérifier en même temps ma demande. « 

Membre du groupe « Sans peur », la journaliste Malohat Eshankulova:

« Les défenseurs des droits de l’homme se sont toujours battus pour la justice, la recherche de la justice exige la vérité, et une personne qui exige la vérité doit être sincère, non pas en paroles, mais en actes, dans la pratique.

J’ai lu un article intitulé «Nadejda Atayeva – plonge le défenseur des droits de l’homme ouzbek dans la boue». Honnêtement, je ne sais pas quoi dire.

Mais la vérité est que Dilorom Iskhakova, qui a travaillé avec Atayeva pendant de nombreuses années, s’est révélée être un témoin. Et Elena Urlayeva a revérifié les informations lors de son récent voyage à Kokand et Fergana et était convaincue que ces déclarations étaient vraies.

C’est ainsi qu’Elena a correctement écrit ses déclarations au bureau du procureur général et au ministère de l’Intérieur – afin que les organismes d’application de la loi en Ouzbékistan se saisissent également de cette question.

Si rien ne s’est passé au sein du SNB de Kokand, pourquoi ses employés seraient-ils déshonorés au niveau international, soit diant qu’ils tortureraient ou violeraient?

Peu importe qui est la personne, je crois qu’il est necessaire de vérifier les bonnes et mauvaises actions et leur donner une évaluation juste.

C-1 a rempli son devoir de journalisme honnête. Maintenant est venu le tour de Nadejda Atayeva et Umid Abdunazarov.

Quant au témoignage de Dilorom Iskhakova, il y a quelques années, Atayeva m’a attaqué, au regard de l’expérience de Dilorom, et m’a déshonoré à travers les médias. Mais cela ne signifie pas que je devrais juger cette situation d’une façon biaisée.

Bien sûr, le public, le peuple de l’Ouzbékistan, les victimes du massacre d’Andijan ont le droit d’exiger des explications de Nadezhda Ataeva sur de fausses preuves.

Quel mal a fait le travail d’Atayeva et la fabrication des témoignages d’Andijan à la société civile? Grandiose!

L’embauche d’un faux témoin pour Atayeva pour le massacre d’Andijan est un problème sérieux. Pas simplement un problème, mais un crime, car la fraude est un acte criminel.

Si Umidjon Abdunazarov a trompé la communauté internationale, Nadejda Atayeva et lui doivent être déportés en Ouzbékistan, ce qui les prive du statut d’asile politique. »

Chef de l’IGNPU (Groupe d’initiative des défenseurs indépendants des droits de l’homme d’Ouzbékistan) Surat Ikramov:

« Il est nécessaire de démasquer les faits de corruption parmi les personnes qui se représentent comme des militants des droits de l’homme,malheureusement, Nadejda Atayeva est exactement ce cas.

J’ai un verdict de la cour sur lequel en 2013 elle a été condamné par contumace pour corruption dans la sphère de la société par actions «Uzkhleboprodukt», qui était dirigée par son père Alim Atayev.

Dans ce dossier, il y a beaucoup d’épisodes relatifs aux plans de corruption et au retrait d’argent à l’étranger, il y a les témoignages de plus de 70 témoins.

Et aucun d’eux n’a témoigné sous aucune pression. Dans le verdict par contumace contre la famille d’Alim Atayev, le nom de Nadejda Ataeva, qui travaillait pour le blanchiment d’argent, apparaît également beaucoup.

Apparemment, en Europe, elle a fait de même. A propos, Atayeva m’a en quelque sorte trompé. Elle m’a promis de m’inviter à une réunion à Paris, mais elle ne l’a pas fait. Dans le même temps, j’ai pleinement rempli mes obligations envers elle. Je pense qu’elle a agi de manière déshonorante.

Les militants des droits de l’homme d’Ouzbékistan ont récemment même voulu retirer le film qui révèle les activités d’Atayeva. Ils ont réussi qu’à prendre la moitié. Tout s’est arrêté grâce à l’intervention du journaliste de télévision Malohat Eshankulova.

Atayeva s’est moqué de Malohat quand celle-ci est tombée gravement malade en 2014, et Eshankulova a décidé que faire un film sur une telle personne était en-dessous de sa dignité.

La société a bien sûr le droit d’exiger la présentation de ce soi-disant médecin-légiste.

Ici se trouve la désinformation. C’est très sérieux.

Je pense que les dommages à la société civile ont été très importants. Au lieu d’aider cette société, Ataeva s’est engagée dans la fraude et « kidalov » toute sa vie. Il ne devrait pas être possible de recevoir de l’argent de cette façon!

Et il est absolument necessaire de créer une commission d’enquêter sur les activités d’Atayeva. Dans l’état actuel des choses, il est grand temps d’exposer les faits!

Quant à la déclaration d’Elena Urlayeva au procureur et au ministère de l’Intérieur, je crois qu’elle a fait la bonne chose. Les organes d’application de la loi ouzbèke doivent vérifier les faits de la vie réelle du “médecin-légiste” de Kokand.

Après cela, le gouvernement sera en droit de présenter aux Nations Unies une demande en deprivation du statut de réfugié politique pour la famille d’Atayeva et de les extrader dans leur pays natal.

Vasila Inoyatova – le chef de la société des droits de l’homme « Ezgulik »:

«Nous avons toujours été contre la criminalité, y compris la corruption. Et les 32 millions d’Ouzbeks sont épuisés par un tel régime corrompu criminel. Il serait injuste que les opposants sous couvert de protection des droits, puissent commettre de tels actes.

Toute personne qui commet un tel acte envers son pays de naissance, pays où il a mangé le pain et le sel, doit être soumis à une exposition et à la punition en général.

Le sang de personnes innocentes, de femmes, de personnes âgées et d’enfants a été versé à Andijan. Est-il possible de faire de l’argent à ce sujet? C’est inhumain. Si tel est le cas, Atayeva elle-même devrait, de sa propre initiative, tout admettre. Sinon, cela devient son problème.

Quel mal cela a t’il fait ? La disgrâce en général. Il n’y a pas d’équivalent. C’est encore pire que le mensonge criminel du régime de Karimov.

Presque un mois s’est écoulé depuis la publication de la dénonciation sur C-1, mais Atayeva demeure silencieuse. Je pensais que je devrais lui donner l’occasion d’expliquer son acte sale, mais apparemment elle n’a rien à dire. S’il n’y a pas une réaction à ce stade, bien sûr, nous soutiendrons l’initiative de créer une commission. « 

Mutabar Tadjibayeva, la responsable du « Club des Coeurs Ardents »

« J’ai l’impression d’avoir touché quelque chose de sale, discréditant le mouvement des droits de l’homme en Ouzbékistan.

J’étais à Bruxelles lors de la projection du film sur le faux “médecin-légiste” devant le Parlement Européen  et maintenant je me souviens avec une douleur toute spéciale comment Atayeva, après la démonstration de ce mensonge, sur le podium, a insulté le chef de l’organisation «Mères contre la peine de mort et la torture» Tamara Chikunova, dont le fils unique a été condamné à la peine de mort en Ouzbékistan et a été tué.

J’ai été choqué comme elle a crié à Chikunova: «Combien de temps encore vas-tu faire la publicité de ton fils criminel? J’ai des informations plus importantes.»

Quelle impolitesse saisissante! … Cela reste inconcevable pour des gens normaux et on en vient à se perdre dans la recherche de ses mots…

Quel dommage a créé le mensonge d’Atayeva à propos d’Andijan? Nous verrons cela. La question Andizhan n’est pas résolue. Les autorités ne reconnaissent toujours pas ce qui s’est passé. Les personnes condamnées en 2005 sont toujours en captivité.

Mais maintenant qu l’on parle de réhabilitation, qu’il devient nécessaire de reconnaître la vérité, on peut toujours nous dire que nous sommes tous des menteurs, sur l’exemple d’Atayeva.

Par conséquent, toute la société civile Ouzbék est obligée de dénoncer le mensonge, de tenir sur la même ligne de combat pour prouver que nous disons la vérité, et non à des fins personnelles, pour des raisons d’argent ou de reconnaissance personelle. Et démontrer qu’Atayeva n’est qu’un mouton noir.

Oui, je soutiens la création d’une commission indépendante, et je pense que le soin d’une évaluation finale des activités d’Atayeva, qui a induit en erreur les services  de migration des autorités françaises, devraient être donnés à une cour de justice, mais pas ouzbek, uniquement en Europe ou aux États-Unis.

La fraude financière peut faire l’objet d’une enquête par le bureau du Procureur Général des États-Unis, qui se trouve dans la même ville que le siège de son bailleur de fonds, la «Open Society Foundations» (OSF)».

Muhammadsalih Abutov, un activiste religieux, qui vit en Suède:

«Bien sûr qu’une telle fraude, peu importe qui l’a commise, doit être nécessairement rendue publique. J’étais informé à ce sujet. A ce titre, j’ai eu une série d’entretiens avec Mutabar Tadjibayeva. Les enregistrements des conversations sont dans mon radio-blog.

J’ai été surpris par le silence de Nadejda Atayeva en réponse aux accusations de Mutabar Tadjibayeva. A présent, le C-1 a publié un grand article sur ce sujet avec des documents et des témoignages.

Peut-être que maintenant il est venu le temps á l’autre partie de répondre sous une forme ou sous une autre?

Le public a le droit de savoir qui est ce mystérieux «médecin-légiste». Maintenant, ce secret doit être révélé et, si les organisations publiques et internationales ont été trompéees, les responsables doivent admettre leur culpabilité et demander pardon. C’est une question d’honneur.

S’ils n’ont pas assez de courage pour cela, je pense que le «médecin-légiste» peut parler de lui-même.

Bien sûr, cela n’est rien d’autre que du déshonneur. Mais que faire d’autre? Soit une personne reconnaît sa culpabilité, soit elle confirme sa justesse. Il n’y a pas d’autre possibilité.

Je pense que Nadejda Atayeva a mis fin à sa carrière de défenseur des droits humains. Cela ne me plaît pas du tout. D’un côté, Gulnara Karimova a jeté un voile de honte aux yeux du monde entier sur le peuple ouzbek, maintenant cela vient de la révélation de cette escroquerie. Les organisations internationales pourraient en venir à penser que, parmi les Ouzbeks, il n’y a pas de gens normaux.

Cependant, je considère qu’il est non seulement juste de parler des dommages infligés à la communauté par Ataeva, mais peut-être aussi des avantages. Ici, je considère qu’il est approprié de donner un exemple avec ma propre histoire.

J’ai reçu un peu d’aide d’Atayeva à titre personnel. En 2008, aux fins de me déporter depuis la Russie vers l’Ouzbékistan, j’ai été amené à un poste de police dans une prison russe, dans le village de Verbilki, région de Moscou.

Apprenant que j’avais été arrêté par la Police, celle qui m’a beaucoup aide est Elena Ryabinina, militante des droits de l’homme, qui a rapporté cela par téléphone à Atayeva.

Trois ou quatre policiers m’ont interrogé dans le bureau du chef lorsque le téléphone a sonné. Il a répondu. En écoutant la conversation, j’ai compris qu’il s’agissait de moi.

Après une petite discussion, il posa le combiné et, s’adressant à moi, il dit: “As-tu des connaissances en France?” J’ai répondu par la négative. Il a déclaré: « Vous n’avez pas encore été amenés ici, que déja les militants des droits de l’homme de France appellent immédiatement”. Après cela, l’attitude envers moi a quelque peu changé. À ce moment-là, les fonctionnaires de l’ONU sont entrés dans le bureau.

Ainsi, dans les jours difficiles, grâce à la participation de nombreuses personnes, Allah m’a sauvé de la déportation. Parmi ces personnes était Nadejda Atayeva qui a appelé. Cependant, elle a également causé des dommages et, par conséquent, nous devons parler des deux.

Si l’on parle de la formation d’une commission, alors je ne pense pas qu’on est besoin d’en créer une pour vérifier que le “médecin-légiste” est un faux témoin. Les organisations internationales créent des commissions sur des questions plus importantes.

Nadejda Atayeva a utilisé frauduleusement les finances des organisations internationales. En fait, ceux qui travaillent dans ces organisations considèrent comme acceptable de coopérer avec de tels escrocs …

Est ce qu’ils donnent de l’argent à ceux qui demandent pour des besoins plus importants? Le débat ne concerne pas seulement le cas Nadejda Atayeva. Pour quelles raisons les employés de ces organisations ne financent-ils pas d’autres organisations de défense des droits de l’homme? La raison est que ces autres organisations ne leur reversent pas un pourcentage de ces fonds.

Abdujalil Boymatov, ancien président de la “Société des Droits de l’Homme en Ouzbékistan” (HRSU):

«En Ouzbékistan, et au-delà, les véritables activites des droits de l’homme peuvent être qualifies de véritables opposants. Mais l’opposition, en particulier dans un pays comme l’Ouzbékistan, devrait se comporter d’une meilleure manière que les autorités en place. En principe, l’opposition a une supériorité morale, et se doit de fortement combattre la corruption et la fraude.

Je suis les publications du C-1 et les accusations portées par les défenseurs des Droits de l’Homme au sujet de Nadejda Atayeva. Et depuis un mois, j’attends les réfutations ou les explications d’Atayeva. Et à la place, nous voyons une discussion sur Facebook de ses collègues. Ils la félicitent et disent que la responsable de l’organisation « Droits de l’Homme en Asie centrale » travaille systématiquement de manière sérieuse.

En outre, la société des Droits de l’Homme en Ouzbékistan se voit emporté dans les théories du complot: celui qui en profite n’a t’il pas ordonné le scandale – SNB?

Je suis surpris qu’il n’y ait pas de discussion sur le mérite de ces accusations. J’attends des réfutations ou des explications de Nadejda.

Également dans ce scandale, la position des membres de son organization n’est pas claire: si elle est fait l’objet d’une calomnie, ils devraient protéger leur directrice, et si cela est vrai, il devrait exiger sa démission.

Si ce “médecin-légiste” a obtenu depuis longtemps le statut de réfugié en France et demeure en sécurité, il est temps pour lui de donner une conference de presse afin de défendre Nadejda Atayeva, qui a attesté en son propre nom de la véracité de son histoire.

Après les événements d’Andijan, il y a eu plusieurs rapports d’organisations internationales sérieuses. Si les déclarations d’Atayeva sont un mensonge, alors c’est une tentative de discréditer sérieusement les événements d’Andijan. Je suis catégoriquement contre toute tentative de se faire un nom sur une tragédie.

Je soutiens la création d’une commission. Les organisations internationales des droits de l’homme qui tiennent à leur réputation devraient également prendre part au travail de cette commission et contribuer à une enquête honnête et objective. »

Bahrom Khamroev, militant des droits de l’homme de Moscou:

« Oui, je considère qu’il est nécessaire d’enquêter sur les atrocités de tous. Personne ne devrait être au-dessus de la loi. Même la loyauté envers la corruption est suffisante pour faire l’objet d’un débat.

Quant à Nadejda Atayeva, cette femme est l’un des distributeurs et inspirateurs de la corruption dans les ONG en Ouzbékistan.

Je pense qu’Atayeva a des problèmes de vision du monde, donc elle va à l’encontre de tous les instincts naturels dans tous les paramètres de son activité, mais encore une fois, grâce à sa pensée corrompue, elle est sûre que tout ira dans son sens.

Je pense que, dans l’ensemble, cela a causé de grands dommages à l’Ouzbékistan et à sa nation entière. Je soutiens pleinement l’initiative visant à créer un groupe international chargé d’enquêter sur les actions de Nadejda Atayeva.

Hazratkul Hudoiberdi, un activiste, qui vit en Suède:

« Bien sûr, je soutiens l’idée que chacun est égal devant la loi.

Je ne fus pas surpris de l’exposition d’Atayeva, mais je fus surpris de voir comment la société pouvait si facilement croire en un «défenseur des Droits de l’Homme» que personne ne connaissait quand elle vivait dans son pays natal et que les membres de l’opposition démocratique n’ont jamais reconnu.

Je crois qu’Atayeva, et avec elle, le régime d’Ouzbékistan et le SNB, ont causé d’énormes dommages à la société civile ouzbék. Par conséquent, je soutiens pleinement l’initiative visant à créer une commission sur les activités de cette «militante des Droits de l’Homme.”

Тавсия этинг / Поделиться / Share:
  • Добавить ВКонтакте заметку об этой странице
  • Facebook
  • Twitter
  • Blogger
  • email
  • PDF
  • Print
  • RSS
  • Одноклассники
  • Add to favorites
  • В закладки Google
  • LiveJournal
  • Мой Мир

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *