Num\Spesial! Kokand révèle le « pathologiste » de Nadejda Atayeva

26 JUIN – LA JOURNÉE INTERNATIONALE POUR
LE SOUTIEN AUX VICTIMES DE LA TORTURE

 La famille et le mahalla de Umidjon Abdunazarova à Kokand nient son arrestation après le massacre d’Andijan et l’école 32 documente son travail de professeur avant et après les événements.

Galima Bukharbayeva

Nafisahon Abdunazarova, sœur aînée d’Umidjon Abdunazarova est une interlocuterice difficile, mais elle perd instantanément son ancien mutisme et sa suspicion quand elle entend la question: «Est ce que votre frère a fait trois mois de détention après le massacre d’Andijan qui a eu lieu le 13 mai 2005?»

«Qui vous a dit qu’il avait été emprisonné?”, outragé dit-elle. “Il n’a jamais été arrêté, il n’est pas ce genre de personnes, il était tout le temps à Kokand”.

« Il n’avait rien à voir avec Andijan! » – elle soulève la voix en réponse à l’explication que Umidjon apparaît dans le rapport publié en France par l’«Association des Droits de l’Homme en Asie centrale» en tant que victime des événements d’Andijan, et qu’il a été arrêté tout l’été 2005.

Mais finalement cela amène la question: «Est-ce que son frère a travaillé comme pathologiste à la morgue d’Andijan après la libération?»

«Dans la morgue? Que faisait-il à la morgue? Il n’a jamais travaillé à Andijan!», declare-t’elle.

La conversation avec la soeur se termine avec ses conseils que l’on se rende à Kokand et qu’on apprenne la vérité sur qui est son frère, parce que «il n’est pas ce genre d’un homme» et «il n’aime pas ce genre de gens», a t-elle ajouté, faisant apparemment référence aux participants des événements d’Andijan. C-1 envoya son correspondant à Kokand.

Maisons près de Abdunazarov

Maintenant âgé de 40 ans, Umidjon Abdunazarov vivait dans le quartier résidentiel «Navoi», à la périphérie de Kokand, dans un appartement standard de deux chambres dans une maison de quatre étages.

La porte de l’appartement numéro 15 est hermétiquement fermée, elle est visiblement poussiéreuse. Personne ne répond à l’appel.

La porte de l’appartement où habitait Umidjon Abdunazarov; photo: Ц-1

Du comité de la maison de Rano Meliboeva, qui vit dans l’entrée suivante, nous apprenons que personne ne vit dans l’appartement des Abdunazarov.

La mère d’Umidjon, Maksuda-opa, est morte ce printemps. Umid lui-même, selon le comité de la maison, vit en France. A la question: « Où est sa famille? » – elle a répondu que sa femme et ses deux fils sont à Kokand, il les a laissés, ils ont divorcé.

« Qu’a-t-il fait en Ouzbékistan? » – Le comité de la Chambre dit que Abdunazarov maîtrise plusieurs langues étrangères – français, anglais, allemand, et qu’il a travaillé comme professeur et traducteur.

Alors qu’on lui demande quand Umid a quitté l’Ouzbékistan, Meliboeva trouve la réponse difficile: «L’année 2008 ou l’année 2009 … D’une manière générale, cela va bientôt faire dix ans depuis qu’il est parti.»

 

Depuis son depart, Abdunazarov n’est jamais revenu dans son pays natal, mais, selon le Comité de la maison, sa mère l’a visité deux ou trois fois en France, la dernière fois qu’elle lui a rendu visite fut entre Mai et Août  2016.

Dans le mahalla

L’heure exacte quand Umidjon Abdunazarov a quitté l’Ouzbékistan, nous avons pu être en mesure de l’apprendre du président du comité de quartier «Istiqbol» Vahidzhona Ashurov.

Ayant appris le nom et l’adresse de la personne qui nous intéresse, il a demandé au Secrétaire de regarder dans les documents, puis rapporte avec confiance qu’Abdunazarov a quitté le pays pour travailler en 2008. Selon Ashurov, son ancien voisin vit en France.

A la question: «Est ce qu’Abdunazarov fut en détention en 2005, et a t’il pu fuir le pays en tant que réfugié?» – Le président du mahalla répond par un démenti catégorique.

 

Selon Ashurov, si quelqu’un est arrêté, au niveau du mahalla il y a une notification obligatoire. Ensuite il révèle qu’un homme de son Mahalla a été arrêté après Andijan, et il demeure toujours en captivité.

En Ouzbékistan, selon les travailleurs de Mahalla, Abdunazarov a travaillé en tant que professeur. Mais ils ont entendu de sa mère qu’en France, il est devenu diplômé de faculté de médecine et qu’il y travaille maintenant comme chirurgien.

À l’école

Dans l’école numéro 32 de Kokand, où nous avons appris avec certitude qu’Abdunazarov a travaillé en tant que professeur, et nous apprenons qu’il n’était pas un professeur de français, mais enseignait le sujet suivant «Principes fondamentaux de l’indépendance nationale et base de la spiritualité.»

La directrice Gulchekhra Kayumova a d’abord refusé de confirmer par écrit le fait qu’Abdunazarov a travaillé à l’école, mais quand elle a appris qu’en France, il était présenté comme un médecin arrêté après les événements d’Andijan, puis forcé de travailler comme pathologiste à la morgue et d’inspecter les cadavres des victimes de la torture et les exécutions extrajudiciaires, elle a été stupéfaite et est allée le rencontrer.

«C’est une honte pour l’ensemble de Kokand qu’Abdunazarov est allé jusqu’à un tel mensonge” – affirme outré la directrice de l’école – “comment peut-on mentir de la sorte? …»

En conséquence, elle a fait deux copies d’ordres d’inscription d’Umid Abdunazarov l’un quand il a débuté sontravail en Août 2004 et sa démission en Février 2006. Sur les deux documents Kayumova ont apposé sa signature et son sceau du 30 août 2017.

Exemplaire de l’Ordre d’inscription de l’embauche Umid Abdunazarov école numéro 32

Ordre de demission d’ Umid Abdunazarov du poste d’enseignant à l’école numéro 32 de Kokand

 

 

Histoire de l’enseignant au Parlement européen

Le 25 août, C-1 a publié une enquête journalistique «Nadejda Atayeva – a plongé les défenseurs des Droit de l’Homme en Ouzbékistan dans la boue», qui a été révélé qu’en plus de ses malversations financières, une monstrueuse falsification de preuves du massacre d’Andijan avait eu lieu.

Atayeva a fait passé Abdunazarov, diplômé de la Faculté de philologie romane et germanique, avec une spécialisation en «français» de l’Université d’Etat Fergana en 2003, pour un médecin, qui se trouvait être la veille du massacre d’Andijan, le 13 mai 2005.

Puis il aurait été arrêté, détenu dans le Service national de sécurité (NSS) dans Kokand pendant plus de trois mois et sévèrement torturé.

Après sa libération en Septembre de la même année, Abdunazarov aurait été envoyé travailler à la morgue de l’Hôpital Régional d’Andijan comme assistant, puis comme pathologiste, qui jusqu’en Février 2006 aurait examiné 500 corps, 300 d’entre eux avec des signes de mort violente, incluant des blessures par balle.

En mai 2010, dans le bâtiment du Parlement européen à Bruxelles Atayeva a présenté le film avec la participation du «pathologiste», et en Avril 2011 publié un rapport, rédigé par son propre témoignage: «Nos tortionnaires savent qui sont portées devant la loi …»

Depuis la publication de l’enquête, Atayeva est restée silencieuse. Elle ne répond pas aux questions de C-1.

A la veille de la publication du rapport, on lui a envoyé plusieurs questions, parmi lesquelles: «Qui a inventé l’histoire du “pathologist”? Est ce que cela fut son idée et la condition pour aider une personne ayant l’intention de rester en France? Ou bien il s’agit d’Umid Abdunazarov qui est venu vers elle avec cette histoire? »

Des questions similaires ont été envoyées par e-mail à Abdunazarov, mais il ne veut également pas d’une conversation ouverte avec la presse.

Ilkhamov ne garda pas le silence et se tut …

La seule personne qui a pris la  responsabilité de confirmer l’authenticité de l’histoire du «pathologiste» après les révélations sur  l’Association «Droits de l’Homme en Asie centrale», fut Alisher Ilkhamov, résident à Londres, représentant de la Fondation Open Society (OSF).

Immédiatement après la publication de l’enquête, il a dit qu’il a vu le diplôme «chimiste-biologiste» de la source d’Atayeva, et a menacé C-1 des conséquences induites par la divulgation des noms des «réfugiés».

Mais l’employé de OSF a été immédiatement démentie par des experts du Centre national d’anatomo-pathologie à Tachkent, qui ont déclaré qu’il est impossible de travailler avec un tel diplôme, et il n’y a aucune université qui propose des diplômes de «biologie-chimie».

Le fait qu’Abdunazarov ne soit pas un réfugié, est confirmé par sa famille, qui a qu’il avait quitté l’Ouzbékistan en Janvier 2008, après l’obtention d’un visa à l’ambassade française de Tachkent.

C-1 a envoyé une demande à la mission diplomatique française à Tachkent pour préciser la date d’obtention du visa d’Abdunazarova, et a également fait appel aux autorités de l’immigration à Paris pour savoir quand il est arrivé sur leur territoire. Une fois les réponses reçues, elles seront publiées.

Mais la valeur de l’entrée en discussion d’Ilkhamov tient dans le fait qu’il a confirmé que nous parlons d’une seule et même personne – Umidjon Abdukabiroviche Abdunazarov.

Donc, maintenant tout journaliste ou simplement n’importe quelle personne, qui ne soit pas paresseux, peut en allant à Kokand, connaître toute la vérité.

Galima Bukharbaeva – rédacteur en chef du C-1

Тавсия этинг / Поделиться / Share:
  • Добавить ВКонтакте заметку об этой странице
  • Facebook
  • Twitter
  • Blogger
  • email
  • PDF
  • Print
  • RSS
  • Одноклассники
  • Add to favorites
  • В закладки Google
  • LiveJournal
  • Мой Мир

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *